Vendredi 24 mai 2024
Laon - Trois redécouvertes des Années folles
Pochades et ballets : Les Frivolités Parisiennes célèbrent Cocteau et Reynaldo Hahn

Le Festival de Laon créait l’événement avec une première soirée consacrée à Cocteau, dont on commémore cette année le soixantième anniversaire de la disparition. Redécouverte absolue avec le ballet Le Dieu Bleu, partition pour grand orchestre d’une vingtaine de minutes confiée à Reynaldo Hahn et créée en 1912 par les Ballets Russes sur la scène du Châtelet, avec en vedettes Nijinski et Karsavina. Une fois encore, Hahn, ancien élève de Massenet, surprend avec une partition aux couleurs exotiques – l’argument est une Inde fantasmée –, où le mouvement incessant des cordes le dispute à des vents très expressifs, dominés par la flûte. À l’instar du chromatisme voluptueux de celle du Faune de Debussy, c’est elle qui ouvre et conclut la danse de ce poème symphonique situé entre le folklore panthéiste à la d’Indy (Jour d’été à la montagne) et le charivari épique des Bandar-Log de Koechlin, premier volet de son Livre de la jungle. Fidèle partenaire des Frivolités, Dylan Corlay dirige avec élégance tandis que Christophe Mirambeau – autre fidèle – s’inscrit avec goût dans l’esprit du ballet, découpant l’espace au-dessus de l’orchestre grâce à trois écrans aux dessins bigarrés. Une seconde partie non moins passionnante associait les Impressions de Music-Hall de Pierné, pochade endiablée qui concasse jazz, faux airs militaires et musiques de cirque pour un ballet créé… à l’Opéra de Paris en 1927, à la version, également pour grand orchestre – si rare au concert – des Mariés de la Tour Eiffel. Là encore, l’ex-manifeste du Groupe des Six destiné aux Ballets Suédois en 1929 ne manque pas de piquant, concentré en une trentaine de minutes. On y retrouve cette succession cocasse et surréaliste de numéros frénétiques, avec un texte excellemment servi par les comédiens Camille Brault et Maxime Le Gall. On ne manquera sous aucun prétexte la reprise de cette soirée survitaminée des Frivolités Parisiennes, le 6 octobre prochain.              

Franck Mallet

• Cité de la musique et de la danse de Soissons, jeudi 21 septembre
 
• Reprise du spectacle le 6/10 à Compiègne (Théâtre impérial)

• Enregistrement à paraître (B Records)

• Festival de Laon dans l’Aisne jusqu’au 8 octobre :
Ciné-Concert avec S. Liégon le 26/09 à Laon (Conservatoire) ; Mozart, les Schumann, Debussy, Dutilleux et Poulenc par M. Mosnier et C. Cournot le 28/09 à Laon (Cloître St. Jean) ; Grieg et Tchaïkovski par l’ONL, A. S. Ott et A. Bloch le 30/09 à Soissons (Cité de la musique) ; « Le Coq et l’Arlequin » par J. Depardieu et L. & S. Bizjak le 1er/10 à Laon (église St. Martin) ; « Bach’s Groove » par le Trio Paul Lay le 3/10 à Laon (Conservatoire) ; « Paris des Années 20 » par Romain Lelu Sextet le 6/10 à Laon (St. Martin) ; Mozart par J. Lezhneva, E. Zaïcik, M. Peter, A. Wolf, Ch. de chambre de Namur, A. Gros et J. Chauvin le 8/10 à Laon (cathédrale).

Photo : Le Dieu Bleu@les_frivos

Hahn : Le Dieu Bleu (1912) - Pierné : Impressions de Music-Hall (1927) - Cocteau & Groupe des Six : Les Mariés de la Tour Eiffel (1929)
Camille Brault et Maxime Le Gall (comédiens)
Les Frivolités Parisiennes
Direction musicale : Dylan Corlay
Mise en scène : Christophe Mirambeau

mis en ligne le mardi 26 septembre 2023

Bookmark and Share
Contact et mentions légales.
Si vous souhaitez être informé des nouveautés de Musikzen laissez votre adresse mail
De A comme Albéniz à Z comme Zimerman,
deux ou trois choses et quelques CD pour connaître.