Vendredi 18 octobre 2019
La Veuve ne s'amuse plus (DVD)
Un spectacle de Noël qui ne supporte pas le transport
La Veuve joyeuse

La Veuve joyeuse, c’est l’histoire d’une jouisseuse et d’un arriviste, dans le cadre explosif de l’avant première guerre mondiale. C’est aussi une joyeuse peinture de la Belle Epoque, rythmée par une musique sentimentalo-trépidante qui a fait sa gloire. Maurice Béjart jadis, Jorge Lavelli naguère, en ont mis en valeur l’aspect « danse sur un volcan ». A l’Opéra de Lyon, pour les fêtes 2006, Macha Makeïeff (sans Jérôme Deschamps) a opté pour la tradition, c'est-à-dire le divertissement bon enfant, mais une tradition revue par les créateurs des Deschiens, avec ce qu’il faut de canaillerie et de ringardise contrôlée. Le spectacle est en effet joyeux, et remporte un franc succès. Le problème, c’est que, hors contexte, on n’en voit que les défauts. Passe encore que l’œuvre soit donnée en français : Missia Palmieri (la Veuve en VF), c’est plus joli que Hanna Glawari (la même en VO), et « Heure exquise, qui nous grise » fait partie de la mémoire collective. Mais l’orchestre est dirigé sans finesse, le « jeu opérette » devient pénible en gros plan, et les chanteurs ne se fatiguent pas. On souffre un peu pour Véronique Gens, qui a le peps et la voix pour être une Veuve de choix, mais qui, dans un tel contexte, a l’air de se forcer.
François Lafon

La Veuve joyeuse
Véronique Gens (Missia), Ivan Ludlow (Danilo), Magali Léger (Nadia), Gordon Gietz (Camille), François Le Roux (Popov
Chœurs et Orchestre de l’Opéra National de Lyon
Direction musicale : Gérard Korsten
Mise en scène : Macha Makeïeff
Réalisation : Dominique Thiel
1 DVD Virgin Classics
2h09 min

mis en ligne le samedi 26 décembre 2009

Bookmark and Share
Contact et mentions légales.
Si vous souhaitez être informé des nouveautés de Musikzen laissez votre adresse mail
De A comme Albéniz à Z comme Zimerman,
deux ou trois choses et quelques CD pour connaître.