Samedi 24 février 2024
La mort est grande
Grigorian, Goerne et Franck, trio gagnant pour Chostakovitch
Symphony no. 14 - Five fragments op. 42

C’est un Chostakovitch vieillissant et malade qui en 1969 entame sa Quatorzième symphonie dont le modèle avoué sont les Chants et danses de la mort de Moussorgski. Sur des poèmes de García Lorca, Apollinaire, Rilke et Küchelbecker, avec le style typique de la dernière manière du compositeur, dépouillé jusqu’à l’os et d’une concision lapidaire, ce Chant de la terre désespéré est un chef d’oeuvre glaçant. Pour le réussir, il faut deux chanteurs d’une trempe unique capables de relever un défi aussi écrasant. Asmik Grigorian met son opulente voix au service d’une intensité déchirante, tandis que Matthias Goerne, dont les couleurs sombres sont soulignées encore par les textes russes, est d’une hallucinante noirceur. Mikko Franck, à l’unisson de ce couple, se hisse parmi les chefs à avoir trouvé la clé de cette partition agonique avec un Philharmonique de Radio France exemplaire. Le complément est bien trouvé : les Cinq fragments op. 42 (1934), sorte de travail préparatoire pour la Quatrième symphonie qui dans leur écriture elliptique sonnent déjà comme du Chostakovitch dernière manière. 
Pablo Galonce

Symphonie n° 14 en sol mineur op. 135 - Cinq fragments op. 42
Asmik Grigorian (soprano), Matthias Goerne (baryton)
Orchestre Philharmonique de Radio France
Direction musicale : Mikko Franck
1 CD Alpha-Classics Alpha 918 (Outhere)
1 h 01 min

mis en ligne le mardi 28 novembre 2023

Bookmark and Share
Contact et mentions légales.
Si vous souhaitez être informé des nouveautés de Musikzen laissez votre adresse mail
De A comme Albéniz à Z comme Zimerman,
deux ou trois choses et quelques CD pour connaître.