Samedi 14 décembre 2019
L'inconnu de Venise
Motets pour alto d'un rival de Francesco Cavalli
Natale Monferrato – Salve Regina

A la fin du XVIème siècle, la puissance économique de Venise décline, mais son rayonnement culturel s’accroît : l’Othello de Shakespeare se passe dans la cité des doges (où l’écrivain n’est jamais allé), les peintures de Titien, Tintoret et Véronèse sont réputées dans toute l’Europe, la musique vénitienne affermit son style. A la basilique San Marco, dont les postes de maître de chapelle et d’organiste principal sont très convoités, la polyphonie initiée par Adrian Willaert au siècle précédent est sublimée par ses illustres successeurs, les Gabrieli (Andrea et, surtout, son neveu Giovanni), Monteverdi, Grandi, Cavalli, Legrenzi et Monferrato. Dans cette litanie de Vénitiens célèbres, ce dernier fait partie des négligés, et les pièces, enregistrées ici en première mondiale, réparent avec bonheur cet oubli. De Natale Monferrato (1603-1685), on ne connaît rien d’autre que de la musique sacrée, mais l’expressivité et la tension dramatique qu’il imprime à ses motets en font plus que de simples invocations spirituelles ou de banales incitations méditatives. Qui plus est, il écrit pour une voix d’alto, ce qui est rare à son époque. De là l’originalité de ces compositions que Paulin Bündgen et l’Ensemble Céladon soulignent délicatement.
Gérard Pangon

Monferrato : Motetti a voce sola – Libro Terzo : Sacramento (Sic ergo Jesu ; Propera Domine) ; Ad sonos ; Regina Cœli ; Beata Maia Virgine (Jubilate Deo ; Convenite terrigenœ ; Clamo ad te) ; Salve Regina ; Vigila mortalis
Paulin Bündgen (contre-ténor)
Ensemble Céladon
Direction musicale : Paulin Bündgen
1 CD Ricercar RIC 405 (Outhere)
1 h 09 min

mis en ligne le mardi 19 novembre 2019

Bookmark and Share
Contact et mentions légales.
Si vous souhaitez être informé des nouveautés de Musikzen laissez votre adresse mail
De A comme Albéniz à Z comme Zimerman,
deux ou trois choses et quelques CD pour connaître.