Vendredi 30 octobre 2020
Héritage et dérapages
A la recherche du legs Vivaldi dans la musique d'aujourd'hui
What's next Vivaldi ?

Dans le rôle d’iconoclaste patentée, Patricia Kopatchinskaja n’a pas son pareil. Tantôt elle aborde un classique avec un musicien à la fantaisie aussi débridée que la sienne, et c’est une réussite (Tchaïkovski avec Teodor Currentzis – ici), tantôt elle se lance dans des associations incongrues, et ça laisse pantois (La Jeune fille et la mort entrelardée de Machaut et de Kurtag – ). Ce nouvel enregistrement – un album-concept, of course – part d’une question simple : Qui est le prochain Vivaldi ? Le programme, qui n’apporte pas de réponse, on s’en doute, est une tentative expérimentale de mettre en parallèle des Concertos de Vivaldi et des pièces écrites par cinq compositeurs italiens contemporains inspirés par Vivaldi, histoire de faire entendre la musique des « vivants ». Ces pièces apportent-elles quelque chose à l’écoute de Vivaldi ? Non. Permettent-elles de penser qu’Aureliano Cattaneo, Luca Francesconi, Simone Movio, Marco Stroppa ou Giovanni Sollima sont les Vivaldi d’aujourd’hui ? Non. Alors ? Patricia Kopatchinskaja s’amuse à malmener Vivaldi avec ses dérapages, et à étaler son extraordinaire virtuosité dans les musiques de notre temps, lesquelles ne manquent pas d'intérêt. Elles confirment que les harmonies (les dissonances) et les rythmes ne sont plus ceux du XVIIème siècle (en était-il besoin ?) et que la recherche de sonorités extrêmes est un fonds de commerce florissant. Spiccato il volo de Luca Francesconi et Incanto XIX de Simone Movio en sont les exemples les plus fascinants.
Gérard Pangon
 
A la plage 4, la violoniste, le chef et tous les musiciens poussent durant 40 secondes des cris d’orfraie. « C’est un travail sur le rythme (…) enregistré à notre insu par l’ingénieur du son, » dit Giovanni Antonini. Autre forme d’expérimentation…

Vivaldi : Concertos RV 253, 157, 191, 550, 208 - Aureliano Cattaneo : Estroso - Luca Francesconi : Spiccato il volo - Simone Movio : Incanto XIX - Marco Stroppa : Dilanio avvinto - Giovanni Sollima : Moghul - Bartok : Szól a duda
Patricia Kopatchinskaja (violon), Giovanni Antonini (flûte)
Il Giardino Armonico
Direction musicale : Giovanni Antonini

mis en ligne le samedi 19 septembre 2020

Bookmark and Share
Contact et mentions légales.
Si vous souhaitez être informé des nouveautés de Musikzen laissez votre adresse mail
De A comme Albéniz à Z comme Zimerman,
deux ou trois choses et quelques CD pour connaître.