Dimanche 2 octobre 2022
Festival Berlioz 2022 - 2
Berlioz et les géants
Béatrice et Bénédict

Berlioz et les géants à La Côte Saint-André : après, à l'église, trois Trios de Beethoven (n° 4, « Les Esprits », « Archiduc ») fougueusement enlevés par Philippe Cassard (piano), Anne Gastinel (violoncelle) et David Grimal (violon), retour au Château Louis XI, où John Nelson poursuit avec Béatrice et Bénédict son cycle Berlioz initié par des Troyens de grande mémoire (Erato – 2017). Coup de chapeau à Shakespeare autant qu’adieu ironique au genre opéra qui lui a donné du fil à retordre, cet ultime ouvrage où un homme et une femme réticents au mariage se retrouve mariés… par hasard dans la liesse générale est moins une lyricisation fidèle de la comédie Beaucoup de bruit pour rien qu’une carte du tendre biaisée emportant chœurs déjanté, scènes de comédie (« Le Vin de Syracuse » selon le maître de chapelle Somarone) et ensembles de rêve (le fameux Nocturne) dans un tissu orchestral au charme sans cesse déroutant. Un petit chef-d’œuvre créé en 1862 dans le cade intime du Theater der Stadt de Baden Baden. Or Nelson, qui en avait donné voici trente ans une version discographique de référence (Erato) en fait ici un ouvrage aux effectifs nombreux, commenté par un récitant (l’excellent Eric Génovèse de la Comédie-Française) détaillant des sentences sur l’amour, la femme, etc. L’ensemble se tient, car Nelson connaît son Berlioz et donne là son habituelle leçon de style, mais au prix d’un évitable alourdissement. Beau plateau, même si le ténor Toby Spence (Bénédict) manque de puissance dans un tel contexte, la palme revenant aux dames (superbe Béatrice, bien qu’annoncée souffrante, de la mezzo Sasha Cooke), interprétation impeccable du Philharmonique de Strasbourg. L’enregistrement est attendu chez Erato, avec les dialogues parlés d’origine.
François Lafon

(Photo : John Nelson © Bruno Moussier)

Béatrice et Bénédict
Sasha Cooke (Béarice), Toby Spence (Bénédict), Vannina Santoni (Héro), Beth Taylor (Ursule), Jérôme Boutillier (Claudio), Paul Gay (Don Pedro)
Choeur Spirito, Jeune Choeur Symphonique, Orchestre Philharmonique de Strasbourg
Direction musicale : John Nelson

mis en ligne le jeudi 1 septembre 2022

Bookmark and Share
Contact et mentions légales.
Si vous souhaitez être informé des nouveautés de Musikzen laissez votre adresse mail
De A comme Albéniz à Z comme Zimerman,
deux ou trois choses et quelques CD pour connaître.