Mardi 15 octobre 2019
Esprit es-tu là ?
Des cantates françaises pas très inspirées
Le Passage de la Mer Rouge

Pour des historiens de la musique, grâce soit rendue au label K617 qui, inlassablement, découvre ou redécouvre des œuvres ou des compositeurs oubliés. Nul doute que, sans lui, les musiques baroques latino-américaines demeureraient encore des abstractions, et la fin du Requiem de Mozart due à Sigismund Neukomm serait totalement ignorée, ce qui, soit dit en passant, ne constituerait pas une irréparable perte musicale. Voici aujourd'hui des Cantates spirituelles de quelques français du tout début du XVIIIème siècle. D'un point de vue historique, là aussi, la démarche est passionnante, qui permet de mettre au jour un genre musical postérieur à l'époque de Lully, où l'on ne s'intéresse plus aux amours des dieux, des nymphes et des rois mais aux épopées édifiantes de l'Ancien ou du Nouveau Testament. D'un point de vue musical, on est plus dubitatif : rien n'est bien palpitant dans cette alternance d'airs et de récitatifs, sans beaucoup de relief ni même d'invention. Mais peut-être l'interprétation y est-elle pour quelque chose : elle sent le labeur plus que la nuance, et Luanda Siqueira, avec sa voix claironnante, semble moins faite pour ce répertoire que pour celui de Lully, justement.
GP


Le Passage de la Mer Rouge ; Sonate en trio III (Elisabeth Jacquet de la Guerre), La Cheutte de Salomon ; Sonate en trio en sol M ; Ritournelle (Sébastien de Brossard) ; Judith (René Drouard de Bousset)
Luanda Siqueira (soprano)
Le Tendre Amour
K617
52'

mis en ligne le jeudi 7 janvier 2010

Bookmark and Share
Contact et mentions légales.
Si vous souhaitez être informé des nouveautés de Musikzen laissez votre adresse mail
De A comme Albéniz à Z comme Zimerman,
deux ou trois choses et quelques CD pour connaître.