Lundi 1 juin 2020
Eh bien dansez, maintenant
Louis Couperin et la musique insouciante
Couperin en tête à tête

Que faisait Louis Couperin, l’oncle de François dit le Grand, avant d’acquérir une belle réputation de claveciniste et d’organiste ? Eh bien il jouait de la viole ; une charge de dessus de viole a même été créée pour lui à la cour de Louis XIV. C’est ainsi qu’en fouillant dans des recueils de ses œuvres, on trouve quelques pièces écrites pour cet instrument parmi les Suites de danses destinées au clavecin. Le Duo Coloquintes a transcrit ces dernières pour violon et basse de viole, une heureuse association qui leur donne du caractère et de l’élégance, avec un violon en peu suret qui table sur une expressivité sans malice, juste pour le plaisir de faire entendre de la belle musique bien jouée. Tout aussi séduisantes, les pièces qui complètent ce programme ont toutes été composées pour viole : huit en ré de Louis Couperin lui-même, une Suite anonyme, une Fantaisie de Nicolas Métru, violiste de grande renommée en son temps, qui eut pour élève un certain Jean-Baptiste Lully, et une Suite du sieur Dubuisson (Jean Lacquemant de son véritable nom) avec Allemande, Courante, Sarabande et Gigue, comme toute succession de danses à la française, ce qui permet d’alterner les rythmes et confère à cet album un charme certain.
Gérard Pangon

Louis Couperin : Suites en ré, en sol, en la, en do ; Pièces en ré – Dubuisson : Pièces de vile en ré – Anonyme : Suite en sol – Nicolas Métru : Fantaisie
Duo Coloquintes : Alice Julien-Laferrière (basse de viole), Mathilde Vialle (violon)
1 CD Seulétoile SEC 01
54 min

mis en ligne le lundi 11 mai 2020

Bookmark and Share
Contact et mentions légales.
Si vous souhaitez être informé des nouveautés de Musikzen laissez votre adresse mail
De A comme Albéniz à Z comme Zimerman,
deux ou trois choses et quelques CD pour connaître.