Lundi 20 mai 2024
Eclairants échos
Un fascinant voyage au pays du lied
Echo

Aligner des lieder signés Schubert, Loewe, Schumann et Wolf, cela s’appelle ratisser large mais n’est pas inhabituel en récital ni même (de plus en plus souvent) au disque. Passer d’un piano à un autre selon le style et l’époque des diverses pièces ne l’est pas non plus. Alors qu’est-ce qui rend si original ce CD titré Echo ? Le choix des lieder, certes, mais aussi et surtout les… échos apparemment paradoxaux que se renvoient des pièces interprétées avec un si grand soin des spécificités de chacun des compositeurs. En dépit d’un timbre avare en couleurs, le baryton Georg Nigl, connu un des meilleurs défenseurs des musiques de notre temps (Wolfgang Rihm, Pascal Dusapin en particulier) a pour lui d’être un conteur hors pair, s’appuyant sur une des plus belles dictions de la langue allemande qui soit. Quant à Olga Pashchenko, renommée, elle, pour sa maîtrise des instruments historiques, elle nous mène sur les chemins de la modernité sur un superbe pianoforte d’après Conrad Graf (Vienne, 1826) pour Schubert, Loewe et Schumann, et un grand Steinway de concert (New York 1875) pour Wolf. Dès Viola, le lied fleuve (quinze minutes) et méconnu de Schubert sur un poème de Franz von Schober qui ouvre le programme, le ton est donné entre le chanteur et la pianiste : une attention et une complémentarité qui ne se démentiront pas. Superbe prise de son, où le moindre souffle a sa place, de Franck Jaffrès.
François Lafon

Franz Schubert : deux lieder – Carl Loewe : sept lieder – Robert Schumann : 5 Lieder für eine Singstimme und klavier - Hugo Wolf : 5 lieder
Georg Nigl (baryton), Olga Pashchenko (pianoforte et piano)
1 CD Alpha-Classics Alpha 934 (Outhere)
1 h 17 min

mis en ligne le samedi 3 juin 2023

Bookmark and Share
Contact et mentions légales.
Si vous souhaitez être informé des nouveautés de Musikzen laissez votre adresse mail
De A comme Albéniz à Z comme Zimerman,
deux ou trois choses et quelques CD pour connaître.