Lundi 20 mai 2024
Du calme et de la fièvre
Vivaldi avec Tim Mead introverti et Arcangelo extraverti
 
Le même, pas pareil
Vivaldi avec Eva Zaïcik brillante
Sacroprofano

Et un Nisi Dominus de plus ! Lorsqu’il mit en musique ce Psaume 126, vers 1713 ou 1715, pour les filles de l’Ospedale della Pietà, Vivaldi pouvait-il imaginer que cette œuvre maintes fois donnée en concert et maintes fois enregistrée deviendrait l’un des tubes de sa musique sacrée ? Sans doute, la partition y est pour quelque chose, qui avec ses variations de tempo et d’atmosphère d’un mouvement à l’autre, favorise une interprétation brillante. Ici, au contraire, le contre-ténor anglais Tim Mead chante plutôt intérieur, avec une voix parfaitement placée et légèrement voilée qui accentue le recueillement et fait merveille dans l’andante du Cum dederit (on pouvait s’y attendre) aussi bien – c’est plus étonnant – que dans l’allegro virtuose du premier mouvement. Comme le titre l’indique (Sacroprofano), le programme de cet album comporte aussi de la musique profane : deux cantates de chambre, sortes d’opéra en miniature, et deux ouvrages pour cordes (Sinfonia en si mineur RV 169, Concerto pour cordes en ré mineur RV 128), remarquables également par les sautes de rythme, la fièvre vivaldienne qui alterne avec des pauses presque méditatives dans lequel l’Ensemble Arcangelo se plaît bien.
Gérard Pangon

Nisi Dominus RV 608 ; Ripieno concerto pour cordes en ré mineur RV 128 ; Cessate, omai cessate RV 684 ; Salve Regina RV 618 ; Sinfonia en si mineur « Al Santo Sepolcro «  RV 169 ; Amor, hai vinto, hai vinto RV 683
Tim Mead (contre-ténor)
Ensemble Arcangelo
Direction musicale : Jonathan Cohen
1 CD  Alpha-Classics Alpha 914 (Outhere)
1 h 12 min

mis en ligne le mercredi 1 mars 2023

Bookmark and Share
Contact et mentions légales.
Si vous souhaitez être informé des nouveautés de Musikzen laissez votre adresse mail
De A comme Albéniz à Z comme Zimerman,
deux ou trois choses et quelques CD pour connaître.