Vendredi 23 février 2024
Douceur de vivre de l’Ancien Régime
Les Psophos animent les intrigues musicales du meilleur Haydn
Opus 54 - Haydn

Juste quelques semaines avant la Révolution Française, Haydn est à l’apogée de sa renommée : champion incontesté du quatuor en Europe, il publie à Paris les six de l’opus 54/55. En maître de son art, créant les formes au gré de son invention (le n° 2 ! ), le compositeur de Eszterháza se livre à un perpétuel numéro de funambulisme déjouant les attentes de l’auditeur pour mieux le surprendre. Pour les trois premiers quatuors de ce recueil, les Psophos (dans leur nouvelle formule, avec Mathilde Borsarello Herrmann au premier pupitre) prennent très au sérieux cette volonté de surprendre mettant en valeur les ruptures et les audaces formelles : jeu sul ponticello dans le menuet du n° 1, changements de tempo et de dynamique au cordeau, virtuosité éclatante, ils ne ménagent pas leurs efforts pour entretenir la petite intrigue musicale qui se noue dans chaque page. Le deuxième mouvement du n° 2 (l’un des plus beaux mouvements lents jamais écrits, Marc Vignal dixit), où l’on croit entendre un violon tzigane, est un vraie réussite. Chapeau au premier violon qui brille dans une partie difficile (Haydn aurait-il composé ces quatuors en pensant au virtuose Johann Tost ?) et à une prise de son qui place parfaitement chaque instrument devant nous. 
Pablo Galonce

Trois quatuors opus 54 : n°2 en ut majeur, n° 1 en sol majeur, n° 3 en mi majeur
Quatuor Psophos
1 CD EnPhases ENP009
58 min

mis en ligne le samedi 22 octobre 2022

Bookmark and Share
Contact et mentions légales.
Si vous souhaitez être informé des nouveautés de Musikzen laissez votre adresse mail
De A comme Albéniz à Z comme Zimerman,
deux ou trois choses et quelques CD pour connaître.