Lundi 14 octobre 2019
Cuisine lyrique
Une rareté signée Gounod, aux ailes un peu plombées
La Colombe

Très « rara » en effet cette Colombe de Gounod, créée en version courte à Baden-Baden en 1860 et reprise augmentée de plusieurs numéros à l’Opéra-Comique de Paris six ans plus tard, avec un succès mitigé. On y assiste - d’après Le Faucon de La Fontaine – à un marivaudage vaudevillesque tournant autour d’un blanc volatile remplacé dans l’assiette d’une belle comtesse par le perroquet de sa rivale. Donnée en 2014 par l’Opéra Studio de l’Opéra du Rhin (voir ici), l’ouvrage peut fonctionner à la scène pour peu que les chanteurs soient aussi acteurs, ce qui n’est pas le cas de la distribution internationale réunie ici, à l’exception de Laurent Naouri, assez formidable en majordome énonçant « Le grand art de cuisine » sous forme de grand air parodique. Les autres sont trop sérieux, trop « opéra », ce qui ne sert pas la musique (du petit Gounod, joliment écrit mais manquant un peu de tubes et beaucoup d’entrain) et se battent avec la langue française dans les scènes parlées, relevant du genre néo-offenbachien (livret de Barbier et Carré). C’est bien sûr la version longue en deux actes (Opera Rara est une collection philologique) qui est ici enregistrée, sous la baguette alerte et idiomatique (elle) de Mark Elder.
François Lafon

La Colombe
Erin Morley (Sylvie), Javier Camarena (Horace), Michèle Losier (Mazet), Laurent Naouri (Maître Jean)
Hallé Orchestra
Direction musicale : Mark Elder
2 CD Opera Rara ORC 53
1 h 20 min

mis en ligne le lundi 21 décembre 2015

Bookmark and Share
Contact et mentions légales.
Si vous souhaitez être informé des nouveautés de Musikzen laissez votre adresse mail
De A comme Albéniz à Z comme Zimerman,
deux ou trois choses et quelques CD pour connaître.