Dimanche 23 juin 2024
Cordes portées
Méli-mélo autour du violon de Niek Baar et des cordes d’Amsterdam
Obsession

Œuvres virtuoses, mais pas que, lorsque le jeune violoniste Niek Baar associe Kreisler à Tchaïkovski, Dvorak et Ravel. Formé à La Haye et Berlin avec Stephan Picard ainsi qu’avec Christopher Poppen, il triomphe dans le Praeludium et Allegro de Kreisler, pirouette violonistique inspirée de l’Italien du XVIIIe siècle Pugnani, comme dans la Sonate « Les trilles du diable » de Tartini – rendue célèbre par le même Kreisler, mais hélas ici entouré d’un accompagnement superflu de cordes…  Idem pour la Romance op. 11 de Dvorak (1879) qui a perdu la fraîcheur songeuse de ses vents originaux. Destiné à un violon et un piano, Souvenir d’un lieu cher de Tchaïkovski connut un arrangement pour orchestre dû à Glazounov, mais Niek Baar reprend ici une version pour violon et cordes signée par son compatriote néerlandais Alexandru Lascae qui ne manque pas de charme. Ravel aurait peut-être apprécié cette harpe (Anneleen Schuitemaker), proche par sa sonorité du luthéal qui dialoguait avec le violon soliste de son éclatante « rhapsodie de concert » Tzigane en 1924 – sans conteste la pièce la plus réussie de cet album et du soliste.                                                             
Franck Mallet

Kreisler : Praeludium et Allegro - Kreisler/Tartini : Il Trillo del diavolo - Dvorak/Waterman : Romance op. 11 - Tchaïkovski/Lascae : Souvenir d'un lieu cher op. 42 - Ravel/Waterman : Tzigane
Niek Baar (violon), Anneleen Schuitemaker (harpe)
Concertgebouw chamber orchestra
Direction musicale : Michael Waterman
1 CD Channel Classics CCS 44822 (Outhere)
1 h 03 min

mis en ligne le samedi 25 mars 2023

Bookmark and Share
Contact et mentions légales.
Si vous souhaitez être informé des nouveautés de Musikzen laissez votre adresse mail
De A comme Albéniz à Z comme Zimerman,
deux ou trois choses et quelques CD pour connaître.