Mercredi 17 juillet 2019
Ciels d’orage
Coup d’envoi réussi d’une nouvelle intégrale Brahms
Quintette avec piano - Klavierstücke op. 76

Peut-être parce qu’il a d’abord été un quatuor à cordes puis une sonate pour deux pianos avant de trouver l’équilibre idéal avec piano, le célèbre Quintette op. 34 de Brahms est entre autres une affaire … d’équilibre. Ainsi cette nouvelle interprétation par Geoffroy Couteau et le Quatuor Hermès -  suite de l’intégrale très réussie de la musique pour piano (La Dolce Volta – 2015 – voir ici) et introduction d’une autre intégrale, celle de la musique de chambre (Idem, huit volumes prévus jusqu’en 2020) – peint-elle d’emblée un ciel d’orage, assauts d’énergie dans l’Allegro initial, dialogue tout aussi passionné mais moins conflictuel dans les trois mouvements suivants. Une version assez originale tout au moins, dépassant la catégorie réductrice de « Brahms à la française », et qui trouve sa place parmi les références, entre les classiques (Rudolf Serkin avec les Quatuors Busch ou de Budapest) et les plus fantasques (Artur Rubinstein et les Guarnieri). En complément, les Klavierstücke op. 76, l’un des volets les plus marquants de l’intégrale piano seul de Couteau, quatre Capriccios et quatre Intermezzos entrelacés induisant un discours complexe aux contrastes que Schumann n’aurait pas reniés, quintessence de la fibre brahmsienne de ce lauréat du Concours International Brahms en 2005 (il avait vingt-six ans) et qui s’était fait remarquer dans la foulée par ses  interprétations déjà mûries (Intrada) des ultimes et difficiles opus 116-119
François Lafon 

Quintette pour piano et cordes op. 34 - Klavierstücke op. 76
Geoffroy Couteau (piano)
Quatuor Hermès
1 CD La Dolce Volta LDV 61
1 h 05 min

mis en ligne le mercredi 17 avril 2019

Bookmark and Share
Contact et mentions légales.
Si vous souhaitez être informé des nouveautés de Musikzen laissez votre adresse mail
De A comme Albéniz à Z comme Zimerman,
deux ou trois choses et quelques CD pour connaître.