Lundi 14 octobre 2019
Chopin au pays d’Alice Sara Ott
Des valses qui pourraient tourner plus rond
 
Le même, pas pareil
Des valses qui grisent
Dinu Lipatti, le mythe
19 Valses

Les Valses de Chopin ne sont pas d’abord des pièces de virtuosité. Elles permettent d’entrer dans les sentiments de l’auteur, de révéler la capacité de l’interprète à traduire, dans un bel équilibre, « la vraie senteur et la vraie couleur » de chacun d’elles, ainsi que l’explique Alice Sara Ott dans le livret de son enregistrement. Cette toute jeune pianiste témoigne d’une belle attention aux phrases mélodiques. Elle est fidèle aux manuscrits autographes de Chopin. Chaque note est pensée, peut-être trop. Elle cherche à retrouver un Chopin écartelé entre ses racines polonaises et françaises. Un tiraillement qu’elle connaît bien elle-même : sa mère est japonaise et son père allemand. Mais son souci des contrastes et son obsession des nuances à la main gauche aboutissent à un manque d’intériorité et de sobriété. La noblesse du romantisme ne sort pas indemne de ce maniérisme qui dessert la mélancolie et la nostalgie propres au génie du compositeur.
Katchi Sinna

19 Valses
Alice Sara Ott (piano)
1 CD Deutsche Grammophon (2009)
59’20

mis en ligne le vendredi 29 janvier 2010

Bookmark and Share
Contact et mentions légales.
Si vous souhaitez être informé des nouveautés de Musikzen laissez votre adresse mail
De A comme Albéniz à Z comme Zimerman,
deux ou trois choses et quelques CD pour connaître.