Dimanche 18 novembre 2018
Beethoven et les jeunes pousses
Coup de jeune sur les sonates par Célimène Daudet et Amanda Favier
 
Le même, pas pareil
Must de jadis
A. Grumiaux - C. Haskil
Sonates pour piano et violon n°5, 3, 10

La mode aujourd'hui est aux start-up, mais en musique, ça fait bien longtemps qu’on en voit fleurir : le duo Célimène Daudet - Amanda Favier, par exemple, en est une. Appelons-la d'ailleurs plutôt jeune pousse, selon la traduction en français du jargon américain, ce qui permet de s'éloigner de l'univers numérique, et convient tellement bien à ce duo installé sur la pochette dans un écrin de verdure pour jouer la Sonate Le Printemps. L’interprétation est en effet d’un vert tendre, avec des sonorités fragiles, délicates, en particulier pour le violon, tandis que le piano résonne d’accents terriens, plus enracinés, qui laissent entendre que ces jeunes pousses ont toutes les chances de devenir de belles plantes. Ces sonates de Beethoven acquièrent de la jeunesse, de la clarté, de la dynamique avec un bel équilibre entre les deux instruments qui insistent plus sur la complémentarité que sur le dialogue sans jamais chercher à asseoir ces magnifiques pages de Beethoven dans une ambiance « grande musique ». Célimène Daudet et Amanda Favier jouent pour leur plaisir et le plaisir de le partager.
Gérard Pangon

Sonates pour piano et violon n°5, 3, 10
Célimène Daudet (piano), Amanda Favier (violon)
1 CD NoMadMusic NMM 034
1 h 11 min

mis en ligne le jeudi 26 mai 2016

Bookmark and Share
Contact et mentions légales.
Si vous souhaitez être informé des nouveautés de Musikzen laissez votre adresse mail
De A comme Albéniz à Z comme Zimerman,
deux ou trois choses et quelques CD pour connaître.