Mercredi 25 mai 2022
Au bout du principe
Richard Strauss en version de poche
Métamorphoses

« Concevoir la musique de chambre et le répertoire orchestral comme un tout indissociable », c’est le credo du OFF, collectif de musiciens chambristes de l’Orchestre de Paris (rien à voir avec le festival d’Avignon donc), expert en programmes atypiques et très présent sur les réseaux sociaux. Richard Strauss lui va comme un gant, qui avait le don de faire tenir un grand orchestre dans un petit ensemble (voir l’opéra Ariane à Naxos). La réduction pour quintette (violon, contrebasse, clarinette, cor, basson) du poème symphonique Till Eulenspiegel qui ouvre ce programme n’en est pas moins éclairante, mettant en avant l’humour de la musique tout autant que la virtuosité des interprètes. Pas de transcription pour le Sextuor introductif de la « conversation en musique » Capriccio, dernier ouvrage lyrique de Strauss et délectable pastiche, où les cordes du collectif sont en vedette, et moment de gloire pour les vents que la moins connue Sérénade en mi bémol majeur. La réduction pour deux violons, deux altos, deux violoncelles et une contrebasse des Métamorphoses, "Etude pour vingt-trois cordes solistes" et requiem à la mémoire de ... l’Opéra de Munich détruit en 1943, arrive au bout du principe, en dépit de la richesse sonore et du lyrisme des sept valeureux solistes de l’orchestre.
François Lafon

Till Eulenspiegel (transcription de Franz Hasenoehrl) – Sextuor de Capriccio – Sérénade en mi bémol majeur pour treize instruments à vent – Métamorphoses (transcription de Rudolf Leopold)
Le OFF
1 CD NoMadMusic NMM 100
59 min

mis en ligne le lundi 25 avril 2022

Bookmark and Share
Contact et mentions légales.
Si vous souhaitez être informé des nouveautés de Musikzen laissez votre adresse mail
De A comme Albéniz à Z comme Zimerman,
deux ou trois choses et quelques CD pour connaître.