Vendredi 19 juillet 2019
Zones de confort
Chailly et l’Orchestre du Festival de Lucerne, routine de luxe ?
Mendelssohn - Midsummer night's dream - Tchaikovky - Manfred Symphony

Comparaison n’est pas raison, mais le jeu de l’Orchestre du Festival de Lucerne, après les glorieuses années sous la direction de Claudio Abbado, a perdu avec Riccardo Chailly, son nouveau chef, un rien d’électricité. Après une superbe Huitième de Mahler (voir ici), à la fois hommage au chef disparu et fin d’un cycle, ce concert de l’édition 2017 paraît moins investi, plus « routine de grande classe » tant par le chef que par les musiciens. Rien à dire sur la qualité d’un orchestre « de solistes » dont chaque pupitre ne compte que des vedettes, mais si le son reste d’un fondu exceptionnel, le style est devenu plus prévisible. Dans les extraits de la musique de scène du Songe d’une nuit d’été de Mendelssohn, Chailly et l’orchestre ne sortent pas de leur « zone de confort » surtout dans l’ouverture, dont la légèreté frôle parfois la mollesse ; on les reconnaît mieux dans le scherzo, où les bois sont à l’honneur. Dans la Symphonie Manfred de Tchaïkovski, on attendra en vain que le chef mette le feu aux poudres ; dans ce vaste portrait symphonique qui exige une certaine dose de démesure pour justifier ses longueurs, Chailly semble presque trop raisonnable pour rendre compte de la folie qui s’empare de la partition. Un concert de luxe de plus ?
Pablo Galonce   

Mendelssohn : Le Songe d'une nuit d'été, ouverture et extraits de la musique de scène - Tchaïkovski : Symphonie Manfred, op. 58
Orchestre du Festival de Lucerne
Direction musicale : Riccardo Chailly
1 DVD Accentus Music ACC20438
1 h 39 min

mis en ligne le lundi 10 juin 2019

Bookmark and Share
Contact et mentions légales.
Si vous souhaitez être informé des nouveautés de Musikzen laissez votre adresse mail
De A comme Albéniz à Z comme Zimerman,
deux ou trois choses et quelques CD pour connaître.