Lundi 25 mars 2019
Règle de trois
Un hommage original au style classique
Lignes parallèles

Les parallèles ont beau avoir pour caractéristique de ne pas se rejoindre, les "Lignes parallèles" annoncées par ce CD se rencontrent autour du classicisme. L’Orchestre Les Métamorphoses dirigé par Raphaël Feye sert de lien, son nom même indiquant qu’il a, lui, pour caractéristique de s’adapter à chaque style en commençant par varier son instrumentarium, mêlant – plus ou moins selon les cas – instruments modernes et instruments d’époque. C’est ainsi qu’il commence - en accentuant son austérité - par la Symphonie n°49 « La Passione », chef-d’œuvre sombre de Haydn plaçant l’Adagio au début. Puis entre en scène le jeune pianiste Julien Libeer dans l’agréable Concertino en style classique pour piano et orchestre de chambre (1936) de Dinu Lipatti, hommage aux grands anciens agrémenté d’une touche de néo-classicisme alla Stravinsky. Comme dans le second volume des Sonates violon-clavier de Beethoven avec Lorenzo Gatto (voir ici), Libeer joue sur un piano à cordes parallèles créé par Chris Maene, censé retrouver le charme de l’ancien sans renoncer au confort moderne. L’essentiel est qu’il ne démérite pas face à Lipatti lui-même dans son enregistrement historique. Vient ensuite le 27ème et dernier Concerto pour piano de Mozart, chef-d’œuvre dépouillé faisant pendant à la « Passione » de Haydn, que Libeer et l’Orchestre - affrontant une nombreuse concurrence -  jouent avec l’invention et la concentration requises. 
François Lafon

Joseph Haydn : Symphonie n° 49 « La Passione » - Dinu Lipatti : Concertino en style classique pour piano et orchestre de chambre – Wolfgang Amadeus Mozart : Concerto n° 27 pour piano et orchestre
Julien Libeer (piano)
Les Métamorphoses
Direction musicale : Raphaël Feye
1 CD EPR - Classic EPRC 0029
1 h 05 min

mis en ligne le jeudi 10 janvier 2019

Bookmark and Share
Contact et mentions légales.
Si vous souhaitez être informé des nouveautés de Musikzen laissez votre adresse mail
De A comme Albéniz à Z comme Zimerman,
deux ou trois choses et quelques CD pour connaître.