Samedi 28 janvier 2023
Quand la musique était européenne
Un beau portait de Sébastien de Brossard, homme des Lumières
Oratorios - Léandro

Sébastien de Brossard est fils des Lumières. Il devait sa réputation, jusqu’à il y a peu, à ses écrits (son Dictionnaire de la musique fait encore référence), à ses activités de collectionneur (le fonds musical de la BNF lui doit beaucoup), et aussi de pédagogue, vicaire à Strasbourg puis maitre de chapelle à Meaux où il meurt en 1730. Cet érudit a pourtant laissé un héritage musical important et de qualité : cantates, motets, opéras, six Livres d'airs sérieux et à boire… toutes œuvres populaires, sérieuses ou gaies, sacrées ou profanes, toujours ambitieuses et à la croisée des tendances françaises, allemandes, et surtout italiennes. Pour cet ami intime et exact contemporain d’Elisabeth Jacquet de la Guerre, le plus grand des compositeurs est Alessandro Scarlatti. Il admire Lully et Charpentier, et excelle dans le contrepoint allemand. Avec ce CD, nous devons à l’Ensemble La Rêveuse un extrait très représentatif de l’art de Sébastien de Brossard. En deux oratorios, une cantate, et une sonate (au seul défaut d’être trop courte), c’est un voyage en Europe organisé par un maitre français éclairé qu’il nous est donné de faire. Les interprètes ont la justesse du timbre, la qualité de la diction, et le sens de la dramaturgie : un beau moment de découverte, donc.
Albéric Lagier

Oratorio sopra l’immaculata conceptione della B. Virigine ; Sonata 2da ; Leandro ; Dialogus pœnitentis animæ cum Deo.
Ensemble La Rêveuse
Direction musicale : Benjamin Perrot
1 CD Mirare MIR 125
1 h 04 min

mis en ligne le dimanche 29 mai 2011

Bookmark and Share
Contact et mentions légales.
Si vous souhaitez être informé des nouveautés de Musikzen laissez votre adresse mail
De A comme Albéniz à Z comme Zimerman,
deux ou trois choses et quelques CD pour connaître.