Lundi 26 octobre 2020
Naples aux motets de feu
Anthea Pichanick et Les Accents dans des airs de la Contre-Réforme
Motets napolitains

Dès la fin du XVIIème siècle, Naples est une ville de musique. Les quatre conservatoires fondés un siècle plus tôt forment des musiciens dont les noms resteront : parmi eux Scarlatti (Alessandro), Porpora et Pergolese qui précèdent Cimarosa, Paisiello et Spontini. Au XVIIIème, lorsque la Contre-Réforme catholique bat son plein, les motets font partie des genres en vogue : ils expliquent comment la foi apaise les tourments et invitent les fidèles à chanter des louanges. Ecrits pour une voix accompagnée d’une petite formation instrumentale, ils permettent en même temps de mettre en valeur des solistes, des castrats, pour la plupart (l’Eglise ne transige pas), comme Farinelli et Caffarelli. L’interprète est ici une contralto, Anthea Pichanick, dont la voix, à la fois claire et opulente, bien soutenue par Les Accents, met en relief ces histoires édifiantes, qui alternent allegros intenses, récitatifs pédagogiques, méditations en forme de murmures et envolées virtuoses. Deux sont enregistrées en première mondiale : Turbido cælo mare furentes de Leonardo Leo, une incantation au ciel pour échapper aux vicissitudes terrestres (la fureur de la mer et du vent) ; Regina cœli de Nicola Porpora, un hymne à la Vierge et à la Résurrection. Les deux motets d’Alessandro Scarlatti sont, musicalement un peu plus inventifs, et complètent intelligemment ce trop bref florilège napolitain.
Gérard Pangon

Alessandro Scarlatti : Totus amore languens ; De tenebroso lacu – Leonardo Leo : Turbido cælo mare furentes – Nicola Porpora : Regina cœli
Anthea Pichanick (contralto)
Les Accents
Direction musicale : Thibault Noally
1 CD La Musica LMU019
1 h 06 min

mis en ligne le mercredi 10 juin 2020

Bookmark and Share
Contact et mentions légales.
Si vous souhaitez être informé des nouveautés de Musikzen laissez votre adresse mail
De A comme Albéniz à Z comme Zimerman,
deux ou trois choses et quelques CD pour connaître.