Vendredi 19 juillet 2019
La chair est faible
La mécanique Rossini revue par Denis Podalydès
Le Comte Ory

Autrefois très populaire, Le Comte Ory n’a plus tellement la cote, surtout depuis que la redécouverte du Voyage à Reims du même Rossini a mis en évidence tout ce que les deux ouvrages ont en commun, le second ayant aujourd’hui la préférence sur le premier. Le sujet léger sinon très politiquement incorrect (deux hommes se disputant sans vergogne les faveurs d’une noble, n’est-ce pas un signe d’intolérable machisme patriarcal ?) serait-il pour quelque chose dans cette désaffection ? Captée sur la scène de l’Opéra Comique, cette production ne tranche pas la question. En transposant l’action du Moyen âge des Croisades au XIXème siècle (avec, au propre comme au figuré, la conquête d’Alger en toile de fond), la mise en scène de Denis Podalydès souligne le côté vaudevillesque, avec plus d’idées dans le deuxième acte (drôle et sensuel trio dans la chambre de la comtesse) que dans le premier. Reste que le chant rossinien est à l’honneur, surtout côté dames avec les valeurs montantes lyriques françaises : Julie Fuchs en Comtesse charmante à souhait, Gaëlle Arquez ardente avec les émois d’Isolier, et Jodie Devos en Alice espiègle. A leur côté, les hommes peinent parfois à briller à la même hauteur, même si Philippe Talbot est un Comte Ory parfaitement à l’aise. Dans la fosse, l’Orchestre de Champs-Élysées et Louis Langrée mettent en valeur les charmes d’une riche orchestration qui n’est pas le dernier atout de la partition.
Pablo Galonce

Le Comte Ory
Philippe Talbot (Le Comte Ory), Julie Fuchs (La Comtesse), Gaëlle Arquez (Isolier), Eve-Maud Hubeaux (Dame Ragonde), Jodie Devos (Alice)
Orchestre des Champs-Elysées, Les Eléments
Direction musicale : Louis Langrée
Mise en scène : Denis Podalydès
Réalisation : Vincent Massip
2 DVD Cmajor 747408
2 h 30 min

mis en ligne le samedi 22 juin 2019

Bookmark and Share
Contact et mentions légales.
Si vous souhaitez être informé des nouveautés de Musikzen laissez votre adresse mail
De A comme Albéniz à Z comme Zimerman,
deux ou trois choses et quelques CD pour connaître.