Mercredi 23 octobre 2019
Josquin à nu
Dulces Exuviae cisèle les mélodies du Prince de la musique
Josquin - Adieu mes amours

Ce qu’on admire, entre autres, chez Josquin des Prez, c’est son art de la polyphonie. Sa célèbre chanson Adieu mes amours en est l’un des plus beaux exemples, où s’exprime magnifiquement la mélancolie à travers l’entrelacs de quatre voix. De ce talent qui caractérise Josquin, Bor Zuljan et Romain Bockler, qui à eux deux forment l’Ensemble Dulces Exuviae, en sont convaincus, mais n’oublions pas, disent-ils, son art de la mélodie. C’est ainsi qu’à contre-courant, on n’ose pas dire à rebrousse-poil, ils interprètent quatorze chansons du « Prince de la musique » avec pour seuls « outils », un luth et une voix, comme on pouvait le faire dans l’Italie du XVème siècle. Et quelle voix ! Bien timbrée, superbe, celle de Romain Bockler, enregistrée de très près, accroche  l’oreille immédiatement, et trouve un équilibre avec les ornementations de Bor Zuljan au luth. Les harmonies de Josquin coulent comme une rivière dont on perçoit tous les méandres y compris lorsqu'ils sont un peu nonchalants. Parsemé d’une demi-douzaine d’improvisations au luth, cet album apporte une vision nouvelle qu’on ne saurait négliger.
Gérard Pangon

Chansons de Josquin Desprez, Luis de Narváez – Improvisations de Bor Zuljan
Romain Bockler (baryton), Bor Zuljan (luth)
1 CD Ricercar RIC 403
1 h 03 min

mis en ligne le mardi 9 juillet 2019

Bookmark and Share
Contact et mentions légales.
Si vous souhaitez être informé des nouveautés de Musikzen laissez votre adresse mail
De A comme Albéniz à Z comme Zimerman,
deux ou trois choses et quelques CD pour connaître.