Mercredi 22 janvier 2020
Fluctuat nec mergitur
L’Ensemble Diderot vogue vers une Venise musicale peu connue
Echoes of the Grand Canal

Au fil de ses superbes enregistrements (voir ici), l’Ensemble Diderot continue de dessiner la carte des trésors musicaux de l’Europe baroque. Après les riches voyages à Londres et Paris (voir ), voici une inévitable échappée vénitienne avec le prétexte d’une exposition à la Stattsgalerie de Stuttgart prévue en 2020 et consacrée à Tiepolo, pour laquelle ce disque servira d’illustration sonore. Le programme, loin d’être le pot-pourri de pages plus ou moins attendues que l’on associe à Venise, s’ouvre avec deux premières mondiales : un surprenant concerto pour clavecin de Giovanni Benedetto Platti (vénitien actif surtout en Allemagne), superbement défendu par Philippe Grisvard, et une Armida disperata du méconnu Sigismund Martin Gajarek composée à Venise. Même les pages de Vivaldi, au centre, comme il se doit, explorent des coins peu visités de la production du prêtre roux : une sonate en trio dont le violon de Johannes Pramsohler, tête pensante de l’Ensemble Diderot, met en valeur toute la richesse, et le motet In furore iustissiamae irae qui sied à merveille à la voix corsée de Diana Haller. Les prises de son au cordeau et l’intérêt des textes de présentation confirment le soin mis dans la production de ce disque rien moins que décoratif. 
Pablo Galonce

Oeuvres de G.B. Platti, D.M. Gajarek, A. Vivaldi et J.A. Hasse
Diana Haller (soprano), Johannes Pramsohler (violon), Philippe Grisvard (clavecin)
Ensemble Diderot
1 CD Audax Records 13721
1 h 18 min

mis en ligne le mercredi 4 décembre 2019

Bookmark and Share
Contact et mentions légales.
Si vous souhaitez être informé des nouveautés de Musikzen laissez votre adresse mail
De A comme Albéniz à Z comme Zimerman,
deux ou trois choses et quelques CD pour connaître.