Mardi 21 mai 2019
Ferveur et tension
Haydn interprété avec une profonde sincérité
Die sieben Letzte Worte

Des Sept paroles du Christ en Croix de Haydn, la version originale est celle pour orchestre, créée et parue chez Artaria à Vienne en 1787. Dans la foulée, Artaria publia une version pour quatuor à cordes réalisée par le compositeur lui-même, qui ne fit que superviser celle pour piano. La version oratorio est plus tardive (1796). La version quatuor à cordes, longtemps la seule enregistrée, reste un must pour à peu près toutes les formatons. Celle pour orchestre l’a été moins souvent, mais depuis les années 1960 de nombreuses fois. La prestation de l’Ensemble Resonanz - qui s’est fait apprécier dans Carl Philipp Emanuel Bach (voir ici), Schoenberg et Berg (voir ) - occupe dans cet ensemble une place de choix, sans pour autant surclasser celles dont on disposait : Jordi Savall chez Astrée, ou encore Frans Brüggen chez Glossa. On est frappé par la tension de l’Introduzione, et d’une façon générale par la ferveur du discours ainsi que par le souci apporté aux détails. Les oppositions de nuances, souvent au sein d’une phrase, reçoivent tout leur dû, et il en va de même des interventions ponctuelles d’instruments : on perçoit comme jamais le solo de basson juste avant la barre de reprise de « Consommatum est ». Bénéficie en particulier de ce traitement le sommet qu’est ici « Mulier, ecce filius tuus », où la flûte apparaît pour la première fois. On pourrait discuter sur le recours aux appoggiatures brèves, et on sursaute en lisant dans la traduction française du texte de présentation que Haydn vivait « dans la province autrichienne d’Eisenstadt ». L’original anglais qualifie tout simplement (et avec raison) de « provinciale » cette « ville » alors hongroise.
Marc Vignal
 

Les sept dernières paroles du Christ en Croix
Ensemble Resonanz
Direction musicale : Riccardo Minasi
1 CD Harmonia Mundi HMM 902633
1 h 04 min

mis en ligne le vendredi 19 avril 2019

Bookmark and Share
Contact et mentions légales.
Si vous souhaitez être informé des nouveautés de Musikzen laissez votre adresse mail
De A comme Albéniz à Z comme Zimerman,
deux ou trois choses et quelques CD pour connaître.