Lundi 16 juillet 2018
Classiquement Bach (le fils)
Carl Philipp Emanuel par Jean-Guihem
Cello Concertos

Des concertos pour violoncelle de la seconde moitié du XVIIIème siècle, les plus enregistrés sont les deux de Haydn. Viennent ensuite les trois de Carl Philipp Emanuel Bach, avant ceux de Boccherini. Des concertos de CPE Bach, où l’orchestre est réduit aux seules cordes, existent aussi des versions pour flûte et pour clavecin. Le présent CD n’en contient que deux, respectivement en la mineur et majeur. L’un (1750) est enflammé et nerveux, l’autre (1753) - une des œuvres les plus célèbres de son auteur - plus ample et plus riche en détails. Jean-Guihen Queyras et l’Ensemble Resonanz en offrent  de  bonnes versions, quoiqu’aux sonorités un peu sèches. On regrette qu’ils n’aient pas retenu aussi le concerto en si bémol. Entre les deux en la nous est proposée la symphonie en sol majeur de 1741, la plus ancienne des dix-huit du compositeur. Ecrite par Carl Philipp Emanuel Bach juste après son installation dans la capitale prussienne, influencée par Graun et Hasse, elle est isolée : quatorze ans la séparent des suivantes, et c’est la seule des huit symphonies berlinoises n’existant que pour cordes seules. Elle tourne franchement le dos au style galant et témoigne de toutes les qualités d’invention du Bach de Berlin et de Hambourg. Relativement peu enregistrée, elle fait ici une réapparition bienvenue, mais à cette réalisation, on préférera sans doute celles bénéficiant d’un programme plus homogène.
Marc Vignal

Concertos pour violoncelle H.432 (Wq.170) et 439 (Wq.172) ; Symphonie H.648 (Wq.173)
Jean-Guihen Queyras (violoncelle)
Ensemble Resonanz
Direction musicale : Riccardo Minasi
1 CD Harmonia Mundi HMM 902331
54 min

mis en ligne le samedi 23 juin 2018

Bookmark and Share
Contact et mentions légales.
Si vous souhaitez être informé des nouveautés de Musikzen laissez votre adresse mail
De A comme Albéniz à Z comme Zimerman,
deux ou trois choses et quelques CD pour connaître.