Lundi 24 février 2020
De l’exotisme à l’orchestre
Dans les mirages de l’orchestre occidental… entre Ravel et Attahir
Ravel, Attahir

Fort du récent succès de leurs enregistrements consacrés à Bizet (voir ici) et Chausson (et encore ici), l’Orchestre national de Lille et son chef Alexandre Bloch déploient tout autant d’énergie en concert avec une intégrale Mahler, dont l’épisode final sera la Symphonie n° 9 couplée avec l’ouverture de Leonore III de Beethoven. Commande de la formation lilloise en 2017, le concerto pour serpent Adh-Dhohr du Toulousain Benjamin Attahir (né en 1989) se veut orientalisant avec sa forme rhapsodique et le dialogue ouvragé entre le soliste Patrick Wibart et les deux cors solo — 2ème mouvement « ieratico ». Mais quel dommage que la partie symphonique soit si convenue ! En regard, la Rapsodie espagnole de Ravel recèle bien plus de mystère et de magie avec ses timbres enjôleurs, à l’image du violon solo d’Ayako Tanaka dans la Habanera. Quant à l’interprétation idéalement chavirée de la célèbre Valse par l’ONL, elle n’a pas à rougir face aux versions de référence de ce classique ravélien. 
   Franck Mallet

• Mahler et Beethoven par l’ONL, dir. A. Bloch, le 15 janvier 2020 (Lille, Nouveau Siècle)

Ravel : La Valse ; Rapsodie espagnole - Attahir : Adh-Dhohr
Patrick Wibart (serpent)
Orchestre national de Lille
Direction musicale : Alexandre Bloch
1 CD Alpha 562 (Outhere)
52 min

mis en ligne le lundi 30 décembre 2019

Bookmark and Share
Contact et mentions légales.
Si vous souhaitez être informé des nouveautés de Musikzen laissez votre adresse mail
De A comme Albéniz à Z comme Zimerman,
deux ou trois choses et quelques CD pour connaître.