Mercredi 24 avril 2019
Cris de l’âme
Véronique Gens, parfaite passeuse de l’art de Chausson
Poème de l'Amour et de la mer - Symphonie

C’est pour ténor qu’a été composé Le Poème de l’Amour et de la mer, mais ce sont les dames qui lui ont donné ses couleurs les plus prégnantes. Des voix différentes d’ailleurs, de la virginale Victoria De Los Angeles à la sombre Irma Kolassi, pour en rester aux enregistrements historiques. Aujourd’hui Véronique Gens, championne du style et de la belle diction française héritée de ses années baroques se lance dans cette « mélodie-cantate » en deux parties séparées par un interlude orchestral sur un poème du symboliste Maurice Bouchor qui a moins bien vieilli que la musique de Chausson. Elle avait déjà, avec piano, montré son habileté à faire passer ledit poème dans les dernières strophes du troisième volet, Le Temps des lilas (CD Alpha – 2015). Cette fois, excellemment soutenue par Alexandre Bloch et l’Orchestre National de Lille très à l’aise dans les harmonies wagnero-franckistes propres au compositeur, sa voix à la fois ombrée et juvénile, son expression en même temps passionnée et subtilement retenue se révèlent idéales. Même souplesse, même clarté dans le capiteux pour la Symphonie en si bémol majeur, inspirée de Franck (l’illustre Symphonie en ré mineur) et représentative du renouveau de la symphonie française à la fin du XIXème siècle. Ne manque que l’exaltation d’un Charles Munch pour redonner toutes ses chances à ce « cri de l’âme lancé à la face du monde » selon Jean Gallois, biographe du compositeur. 
François Lafon 

Poème de l'Amour et de la mer - Symphonie en si bémol majeur
Véronique Gens (soprano)
Orchestre National de Lille
Direction musicale : Alexandre Bloch
1 CD Alpha 441
1 h

mis en ligne le mercredi 10 avril 2019

Bookmark and Share
Contact et mentions légales.
Si vous souhaitez être informé des nouveautés de Musikzen laissez votre adresse mail
De A comme Albéniz à Z comme Zimerman,
deux ou trois choses et quelques CD pour connaître.