Mercredi 22 janvier 2020
Bach corps à corps
La vigueur d’Emmanuelle Bertrand dans les Suites pour violoncelle
 
Le même, pas pareil
Bach cœur à cœur
Jean-Guihen Queyras
Complete Cello Suites

Elles ont beau avoir fait l’objet de quelques dizaines d’enregistrements, ces Suites de Bach constituent un monument dont les violoncellistes disent à peu près tous la même chose : il leur a fallu plusieurs années avant d’oser s’y risquer. Les uns parlent d’une œuvre intimidante, d’autres invoquent les aléas d’une quête d’idéal, d’autres attendaient le hasard d’une rencontre, d’autres avouent que l’écoute répétée des maîtres de jadis a fini par les convaincre tout en les stressant… Pour Emmanuelle Bertrand, c’est la découverte, il y a trois ans, d’un violoncelle façonné au XVIIIème siècle par le luthier vénitien Carlo Tononi, qui « l’a, dit-elle, ramenée vers Bach. » On ne s’étonne pas : la belle sonorité joufflue de cet instrument convient parfaitement au jeu d’Emmanuelle Bertrand, qui tient souvent du corps à corps, comme le suggère la pochette. Elle interprète ces Suites avec insistance, va en chercher les vibrations les plus profondes, endigue toute « baroquisation » excessive. Le style d’Emmanuelle Bertrand, c’est peut-être le Prélude de la Sixième suite qui le reflète le mieux : attaques vigoureuses, presque brutales, et tendance au staccato plus qu’au legato. Cette manière très personnelle, parfaitement tenue au long de cet album, est totalement cohérente. Elle n’est pas toujours séduisante.
Gérard Pangon

Les six Suites pour violoncelle seul BWV 1007 à 1012
Emmanuelle Bertrand (violoncelle)
2 CD Harmonia mundi HMM 902293.94
2 h 14 min

mis en ligne le jeudi 5 décembre 2019

Bookmark and Share
Contact et mentions légales.
Si vous souhaitez être informé des nouveautés de Musikzen laissez votre adresse mail
De A comme Albéniz à Z comme Zimerman,
deux ou trois choses et quelques CD pour connaître.