Dimanche 25 août 2019
Au cœur du son debussyste
La palette et la dynamique variées avec raffinement de Javier Perianes
Debussy - Préludes du 1er Livre - Estampes

Cinq ans auparavant, pour le même éditeur, le pianiste faisait dialoguer Chopin… et Debussy (voir ici), puis, au sein de cette anthologie, il retrouvait le violoncelliste Jean-Guihen Queyras (et ici). Si le Livre II des Préludes a été confié à un autre (Alexander Melnikov (et encore ici), à Javier Perianes ont échu le Livre I et les Estampes. Choix judicieux pour ce musicien qui connaît son Mompou sur le bout des doigts – entendez en osmose totale, comme pour le voyage, tout intérieur chez Debussy, au cœur du son. Le pianiste illumine la brise légère qui soulève Pagodes des Estampes autant qu’il distingue dans la pénombre la « tristesse glacée » (Debussy) Des pas sur la neige, le sixième Prélude. Rien d’évanescent cependant dans son jeu, plutôt une palette et une dynamique variés avec raffinement – extraordinaire Ce qu’a vu le vent d’ouest ! Peu expressif dans La fille aux cheveux de lin, le pianiste exalte en revanche la majesté de la habanera de Soirée dans Grenade et le ruissellement capricieux de Jardins sous la pluie – et du coup maîtrise l’architecture ô combien fantastique de La cathédrale engloutie, sa « brume doucement sonore » (Debussy), son carillon solitaire et lointain.      
Franck Mallet

Préludes du 1er Livre ; Estampes
Javier Perianes (piano)
1 CD Harmonia Mundi HMM 902301
59 min

mis en ligne le mardi 15 janvier 2019

Bookmark and Share
Contact et mentions légales.
Si vous souhaitez être informé des nouveautés de Musikzen laissez votre adresse mail
De A comme Albéniz à Z comme Zimerman,
deux ou trois choses et quelques CD pour connaître.