Samedi 18 août 2018
Vitesse supérieure
Joseph Calleja en ténor verdien grand format
Calleja - Verdi

Mystère des programmations : le Maltais Joseph Calleja est une star internationale, mais il est rare en France et jamais invité à l’Opéra de Paris. Le voilà à quarante ans loin des sages Traviata et Rigoletto de ses débuts, dans les emplois verdiens de ténor lirico spinto (littéralement « lyrique poussé »), jusqu’à Otello avec lequel il espère couronner sa carrière scénique (« Sous la douche, tous les ténors ont la voix d’Otello », a-t-il déclaré au Guardian), et dont la photo de couverture donne un avant-goût. Son timbre solaire, sa voix haut placée évoquent l’ancienne école italienne : c’est dire que le si bémol triple piano qui termine « Celeste Aida » ne lui pose aucun problème (jusqu’au traditionnel diminuendo), qu’il assume sans douleur la tessiture tendue d’Alvaro (La Force du destin) et qu’il rend justice, dans Le Trouvère, à l’héroïque « Di Quella pira » tout en filant impeccablement la romance « Ah ! Si ben mio ». Otello le trouve moins à son avantage, dramatiquement du moins : face aux standards instaurés par Jon Vickers ou Placido Domingo, sa caractérisation conventionnelle ne donne pas encore tout à fait le change. Direction attentive de Ramon Tebar et répliques de luxe : Angela Gheorghiu en Desdémone énamourée et le baryton Vittorio Vitelli dans les duos de Don Carlo et de La Force du destin. 
François Lafon

Airs et duos extraits de Aida, Il Trovatore, La Forza del destino, Don Carlo, Otello
Joseph Calleja (ténor), Angela Gheorghiu (soprano), Vittorio Vitelli (baryton)
Orquestra de la Comunitat Valenciana
Direction musicale : Ramon Tebar
1 CD Decca Classic 483 1539
1 h 03 min

mis en ligne le jeudi 8 février 2018

Bookmark and Share
Contact et mentions légales.
Si vous souhaitez être informé des nouveautés de Musikzen laissez votre adresse mail
De A comme Albéniz à Z comme Zimerman,
deux ou trois choses et quelques CD pour connaître.