Lundi 17 décembre 2018
Vérisme à la française
Couple vedette pour un Massenet explosif
La Navarraise

Du cru, du populaire, du fait divers : en 1890, Mascagni révolutionne l’opéra avec Cavalleria Rusticana, extension lyrique du mouvement vériste dans la littérature italienne. Quatre ans plus tard, Massenet surfe sur la tendance avec l’« épisode lyrique » (45 minutes) La Navarraise, éclats de voix (en VF) et tempête orchestrale valant à l’ouvrage, qui se passe au pays Basque, le surnom de Calvélleria Espanola (du nom de sa créatrice, la diva Emma Calvé). C’est l’histoire d’une femme devenue meurtrière pour se procurer l’argent de la dot sans laquelle son futur beau-père lui refuse la main de son bien-aimé : mort et folie au bout du chemin. En 1976 - effet de la Massenet Renaissance - paraissent deux enregistrements de l’ouvrage, l’un avec Lucia Popp, l’autre avec Marilyn Horne, la première trop ingénue, la seconde trop matrone, aussi éloignées l’une que l’autre de ce que devait être la susnommée Calvé. Pas loin d’un demi-siècle plus tard, en voici un nouveau, premier disque (talonné par un récital Puccini à deux chez Sony) de Roberto Alagna avec son actuelle épouse, la soprano polonaise Aleksandra Kurzak. Celle-ci possède la voix et le tempérament nécessaires, mais son français est perfectible. Celui-là n’a rien perdu de son naturel ni de son exemplaire diction, mais il n’est pas particulièrement en voix. Comme ils sont entourés par une troupe au style et à l’articulation aléatoires, on se demanderait, s’il ne s’était agi de réunir le couple vedette, pourquoi Warner a préféré cette version entreprise en 2011 à New York (où Alagna venait de chanter le rôle avec Elina Garanca) et peaufinée (miracle de la technique) en 2017 à Paris et Londres à celle donnée à la salle Pleyel en 2012, où Alagna, très en forme, avait pour partenaire l’excellente Karine Deshayes. Bonne direction d’Alberto Veronesi, lequel n’oublie pas le lyrisme propre à Massenet derrière les éclats de façade. 
François Lafon

La Navarraise
Aleksandra Kurzak (Anita), Roberto Alagna (Araquil), George Andguladze (Garrido), Brian Kontes (Remigio), Issachah Savage (Ramon), Michael Anthony McGee (Bustamente)
New York Choral Ensemble, Opera Orchestra of New York
Direction musicale : Alberto Veronesi
1 CD Warner Classics 0190295605704
44 min

mis en ligne le samedi 10 novembre 2018

Bookmark and Share
Contact et mentions légales.
Si vous souhaitez être informé des nouveautés de Musikzen laissez votre adresse mail
De A comme Albéniz à Z comme Zimerman,
deux ou trois choses et quelques CD pour connaître.