Samedi 18 août 2018
VA vs VO
Du Rameau en version arrangée (VA) pas toujours convaincant
L’héritage de Rameau

Le 8 décembre 1768, le programme du Concert spirituel débute par une « Suite de symphonies Rameau exécutée à grand orchestre sur l’orgue par Balbastre ». On ne sait exactement à quoi on avait affaire, mais ce fait est à l’origine du présent CD. Il contient trois suites intitulée respectivement Les Sauvages  (référence à la quatrième entrée des Indes galantes), Les Enfers (référence à l‘acte II d’Hippolyte et Aricie) et L’Amour. Elles comprennent en tout dix danses tirées de Rameau : d’Hippolyte et Aricie, des Indes galantes, de Dardanus, de Zoroastre, de Platée et aussi des Boréades, ouvrage que curieusement le texte de présentation ne mentionne pas. Elles sont jouées par des cordes et un orgue, le problème posé étant le concerto pour orgue tel que le pratiquaient à l’époque un Michel Corrette ou un Tapray. On n’entend pas ici une nette opposition soli-tutti à la Vivaldi ou à la Leclair, mais l’orgue est « registré » et les cordes sont plus ou moins fournies en fonction des originaux de Rameau. C’est bien agencé. Le résultat ne satisfait cependant pas toujours au même degré. L’Air pour les Sauvages des Indes galantes et l’Air en Rondeau de Dardanus (l’un et l’autres vigoureux et destinés à l’origine au clavecin) ne manquent pas leur effet, mais l’air « Tristes apprêts, pâles flambeaux » chanté  par Telaïre à l’acte I de Castor et Pollux perd de son pouvoir d’émotion, le jeu de cromorne n’ayant quand même pas une sonorité  lugubre de basson. Quant au deuxième Trio des Parques d’Hippolyte et Aricie, il n’en reste pas grand chose, l’orgue ne pouvant, malgré sa puissance, restituer les accents  terrifiants de trois voix bien distinctes. On entend aussi des pièces de deux contemporains et successeurs de Rameau, dont François Francoeur. Il s’agit, nous dit-on, d’un héritage : mieux vaut, on l’aura compris, s’en tenir au patrimoine.
Marc Vignal

Rameau : Concertos Les Sauvages, Les Enfers et Les Amours arrangés par Yves Rechsteiner - François Rebel et François Francœur : Suite de Symphonie
Yves Rechsteiner (orgue)
Ensemble Les Surprises
Direction musicale : Louis-Noël Bestion de Camboulas
1 CD Ambronay AMY050
55 min

mis en ligne le vendredi 2 février 2018

Bookmark and Share
Contact et mentions légales.
Si vous souhaitez être informé des nouveautés de Musikzen laissez votre adresse mail
De A comme Albéniz à Z comme Zimerman,
deux ou trois choses et quelques CD pour connaître.