Jeudi 20 juin 2019
Une Vierge privée de ses instruments
D’abord les voix, ensuite la musique
Claudio Monteverdi - Vespro della Beata Virgine

Les conditions d’exécution des Vêpres de la Vierge de Monteverdi n’en finissent pas d’alimenter les débats entre musicologues, et l’ensemble Ludus Modalis (« jeu de mode ») apporte ici sa contribution. Pour cette formation sans chef composée d’une douzaine de chanteurs, l’objectif est de mettre en valeur les voix, par un travail approfondi des intonations et la recherche de sonorités vocales variées. L’effectif instrumental est réduit au minimum, dans lequel l’orgue se substitue parfois à la voix. Certaines libertés instrumentales autorisées parfois par Monteverdi lui-même, dans un Dixit dominus par exemple, deviennent la règle d’interprétation de l’ensemble Ludus Modalis – une première selon eux, pour une version sans instruments concertants. Ces choix placent leurs Vêpres dans la continuation du style polyphonique dont Palestrina fut le maître, et ne permettent guère d’apprécier Monteverdi dans le nouveau stile rappresentivo qu’il apporte à Venise après avoir quitté Mantoue : la mise en abîme des voix n’empêche pas une instrumentalisation majestueuse. Comme souvent, dans les interprétations fondées sur une approche musicoligique radicale, celle de l'Ensemble Ludus Modalis entraîne avec elle un côté répététif qui, ainsi appuyé, peut finir par lasser, quand une vision plus « traditionnelle » joue au contraire de la diversité et de la richesse que Monteverdi recherchait, et fait de cette Vierge une pièce majeure de la musique occidentale.
Albéric Lagier

Vespro della Beata Virgine
Ensemble Ludus Modalis
Direction musicale : Bruno Boterf
2 CD Ramée RAM1702
1 h 31 min

mis en ligne le lundi 3 décembre 2018

Bookmark and Share
Contact et mentions légales.
Si vous souhaitez être informé des nouveautés de Musikzen laissez votre adresse mail
De A comme Albéniz à Z comme Zimerman,
deux ou trois choses et quelques CD pour connaître.