Dimanche 22 septembre 2019
Une héroïne troublée
Un Bellini astucieusement réinterprété
I Puritani

I Puritani (Les Puritains), le dernier opéra de Bellini, est le seul créé à Paris, le 24 janvier 1835, avec un quatuor vocal prestigieux : la soprano  Giulia Grisi (Elvira), le ténor Giovanni Battista Rubini (Arturo), le baryton Antonio Tamburini (Riccardo) et la basse Luigi Lablache (Giorgio). Quelques mois après, le compositeur meurt à Puteaux d’une infection intestinale, dans sa trente-quatrième année. Il aurait pu devenir le rival de Verdi. L’action se passe vers 1650 en Angleterre, durant  la guerre civile. Grâce à son oncle George Walton, Elvira, d’une famille soutenant Cromwell, est sur le point d’épouser celui qu’elle aime, Lord Arthur Talbot, partisan des  Stuart, alors que son père l’a  promise à Richard Forth. Quand Arturo, encouragé par Riccardo, fait évader une prisonnière qui n’est autre que la reine Henriette, veuve de Charles Ier (et fille de Henri IV) et s’enfuit avec elle, Elvira se croit trahie et sombre dans la folie (fin de l’acte I). Elle recouvre la raison à l’acte III, quand Riccardo lui explique avoir agi par noblesse et honneur, et les deux amants peuvent s’unir : Cromwell a gagné et une amnistie est proclamée. Cette « fin heureuse », pas convaincante et due au librettiste Carlo Pepoli, se voit gommée dans la production de l’Opéra de Stuttgart. Cette production insiste sur les troubles d’une héroïne tendant à confondre son oncle avec son père : à l’acte II, Giorgio apparaît en tenue d’infirmier. Opéra de soprano, Les Puritains est aussi « la pierre de touche des ténors suraigus ». Avec Ana Durlovski et René Barbera, on est servi. Les scènes de foule impressionnent, la mise en scène est sobre et efficace. Une partition majeure à (re)découvrir.
Marc Vignal

I Puritani
Ana Durlovski (Elvira), René Barbera (Arturo), Gezim Myshketa, (Riccardo), Adam Palka (Giorgio) Diana Haller (Enrichettta)
Chœurs et orchestre de l’Opéra d’Etat de Stuttgart
Direction musicale : Manlio Benzi
Mise en scène : Jossi Wieler et Sergio Morabito
Réalisation : Marcus Richardt
2 DVD Naxos 2.110598-99
3 h 10 min

mis en ligne le samedi 10 août 2019

Bookmark and Share
Contact et mentions légales.
Si vous souhaitez être informé des nouveautés de Musikzen laissez votre adresse mail
De A comme Albéniz à Z comme Zimerman,
deux ou trois choses et quelques CD pour connaître.