Mercredi 20 mars 2019
Tempêtes sous un crâne
Jean-Efflam Bavouzet replonge dans la tourmente schumanienne
Schumann

En 1993, la trentaine à peine passée, Jean-Efflam Bavouzet s’est lancé dans la tourmente schumannienne pour un petit label aventureux, Harmonic Records, en alignant les op. 14 (3ème Sonate), 15 (Scènes d’enfants) et 16 (Kreisleriana). Ce fut à l’époque la révélation d’un pianiste pas comme les autres. Un quart de siècle plus tard, celui-ci remet sur le métier cette 3ème Sonate - d’abord en cinq mouvements puis réduite à trois sous le titre « Concert sans orchestre » et enfin révisée en quatre mouvements – créée par Brahms six ans après la mort du compositeur. Il explique dans le texte de pochette que c’est en écoutant l’enregistrement de l’œuvre « aménagée » par Vladimir Horowitz qu’il s’est passionné pour cette œuvre folle qu’il a plus tard travaillée avec Horowitz lui-même. On ne lui reprochera pas de s’approprier les libertés textuelles du maître ni d’imiter celui-ci, substituant à la magie horowitzienne une approche plus analytique mais virtuose et hallucinée comme il se doit, suite mûrie de son essai de 1993. Détente - si l’on peut dire, - après ce massif escarpé que le Carnaval de Vienne, cinq pièces contrastées, différentes de forme et d'atmosphère du plus célèbre et kaléidoscopique Carnaval (tout court), entraînant tout de même l’interprète dans des maelstroms ici crânement affrontés. Nouveau défi, préparé par les trois Fantasiestücke op. 111 qui nécessitent selon l’artiste de « savoir se déplacer sur la pointe des pieds » : les Chants de l’aube, dernière œuvre menée à bien par Schumann avant de sombrer dans la folie, justement comparée par le germaniste Marcel Beaufils aux Champs de blé aux corbeaux de Van Gogh, aussi redoutée des pianistes que la 3ème Sonate et dont Bavouzet - pas seulement parce que la concurrence est rare -, donne une version qui fera probablement date. Le début d’une intégrale, de la part de ce pianiste au long cours (Haydn, Debussy) ? 
François Lafon

Grande Sonate n° 3 op 14 – Carnaval de Vienne op. 26 – Fantasiestücke op. 111 – Chants de l’aube op. 133
Jean-Efflam Bavouzet
1 CD Chandos CHAN 20081
1 h 11 min

mis en ligne le mercredi 6 mars 2019

Bookmark and Share
Contact et mentions légales.
Si vous souhaitez être informé des nouveautés de Musikzen laissez votre adresse mail
De A comme Albéniz à Z comme Zimerman,
deux ou trois choses et quelques CD pour connaître.