Dimanche 16 décembre 2018
Sphères d’influences
Le piano stratosphérique de Stéphanos Thomopoulos dans Crumb
George Crumb - Makrokosmos I et II

Fin connaisseur de Xenakis – il a, entre autres, enregistré son œuvre pianistique (CD Timpani) –, Stéphanos Thomopoulos trouve avec l’Américain George Crumb un style qui lui convient, avec ses alliages sonores mystérieux hérités du piano de Debussy, Bartók et Messiaen, revisités par un Orient aussi nébuleux qu’irréel. Entendre à la fois Chopin et Bali dans les cordes du piano, voilà qui n’est pas banal, même pour qui connaît le piano préparé de Cage avec son agitation débridée de boulons, de gommes et de feuilles de papier – sans oublier la voix, jetée en pâture à l’instrument, interrogatrice (Crucifixus), fantomatique (Capricorn I) ou chuchotée – The abyss of time et Cosmic Wind. Piano climatique ? Pourquoi pas, dans le sens où il s’insère entre celui de Ives (Concord Sonata) et les boucles du Californien Harold Budd. Comme un voyage à l’intérieur de l’instrument ; le temps s’arrête, suspendu à un accord répété, ou se liquéfie dans une résonance. Un piano astrologique (le compositeur convoque les signes du zodiaque) et même stratosphérique, dans cette interprétation de haut vol des deux premiers cahiers du cycle des Makrokosmos, qui en compte quatre entre 1972 et 1979, par un George Crumb toujours aussi inventif – mais hélas sous-estimé par ici, alors qu’il compte de fidèles interprètes Outre-Atlantique… Gageons que ce bel enregistrement de son piano, si accessible, le fera (re)découvrir.     
Franck Mallet

Crumb : Makrokosmos I et II
Stéphanos Thomopoulos (piano)
1 CD Printemps des arts de Monte-Carlo PRI 025
1 h 01 min

mis en ligne le dimanche 29 juillet 2018

Bookmark and Share
Contact et mentions légales.
Si vous souhaitez être informé des nouveautés de Musikzen laissez votre adresse mail
De A comme Albéniz à Z comme Zimerman,
deux ou trois choses et quelques CD pour connaître.