Jeudi 16 juillet 2020
Rencontres de troisième période
Filippo Gorini, le plein d'énergie pour le dernier Beethoven
Piano sonatas opp. 106 & 111

Programme colossal pour pianiste ambitieux : le très jeune Filippo Gorini n’a pas peur de réunir deux sonates « dernière période » de Beethoven on ne peut plus périlleuses, celles qui dans ce groupe d’œuvres demandent à la fois de la maturité et de l’énergie pour être réussies. De l’énergie, le pianiste italien en a ici en abondance et comme dans ses Variations Diabelli qui l’avaient révélé comme un beethovénien inspiré (lire ici), il attaque la « Hammerklavier » franchement, armé d’une technique jamais prise en défaut mais jamais démonstrative non plus. Rien ne lui échappe dans le premier mouvement, porté par une fougue intarissable, ni dans le finale, gigantesque construction mise à nu dans chaque détail sans qu’elle ne perde en force. Il ne lui manque qu’un rien d’abandon dans le méditatif mouvement lent, toujours aussi bien pensé mais un rien trop cérébral pour que cette « Hammerklavier » puisse convaincre pleinement. Mêmes qualités dans l’ultime op. 111 de tous les contrastes : un allegro con brio éruptif où il ne lâche prise et une arietta où il ne lâche peut-être pas assez pour trouver ce ton de renoncement, ce sentiment de quitter ce monde que l’on retrouve chez un Serkin ou un Pollini. Mais ce coup d’essai n’est sans doute que le premier d’un futur maître. 
Pablo Galonce 

Sonata n° 29 en si bémol majeur, op. 106 'Hammerklavier' - Sonate n° 32 en ut mineur, op. 111
Filippo Gorini (piano)
1 CD Alpha-Classics Alpha 591
1 h 13 min

mis en ligne le lundi 16 mars 2020

Bookmark and Share
Contact et mentions légales.
Si vous souhaitez être informé des nouveautés de Musikzen laissez votre adresse mail
De A comme Albéniz à Z comme Zimerman,
deux ou trois choses et quelques CD pour connaître.