Samedi 14 décembre 2019
Rachmaninov dans la steppe
Daniil Trifonov, la fluidité en mode virtuose
Destination Rachmaninov – Arrival

Le risque, pour les interprètes des concertos de Rachmaninov, c’est d’en faire un peu trop, de privilégier le romantisme facile au détriment de la mélancolie secrète qui les traverse. Pianiste surdoué, Daniil Trifonov sait que la musique de Rachmaninov n’est jamais plus belle que lorsqu’on l’interprète en fluidité : il faut que ça coule, il faut que ça roule. S’il a choisi d’associer son parcours au fil de ces concertos à un voyage en train, comme le titre de l’album et la photo de la pochette l’indiquent, ce n’est d’ailleurs pas anodin. Avec son toucher caressant, il survole sans jamais surligner, nous entraîne dans un périple qui s'accorde bien à la musique nostalgique et " cinématographique " de Rachmaninov : les paysages défilent, et les steppes, une montagne apparaît au loin, puis une forêt colorée. Comme pour laisser Daniil Trifonov seul dans sa rêverie, l’orchestre est en retrait, juste pour un accompagnement discret plus que pour un véritable dialogue. Le programme est complété par deux transcriptions pour piano seul dues à Daniil Trifonov lui-même : la célèbre Vocalise, et le premier mouvement des Cloches, ce poème symphonique pour chœur et orchestre, lequel permet au pianiste de mettre en évidence sa virtuosité à travers un festival de nuances et de couleurs. 
Gérard Pangon

Concertos pour piano n°1 et 3 ; Les Cloches (1er mouvement) ; Vocalise
Daniil Trifonov (piano)
Orchestre de Philadelphie
Direction musicale : Yannick Nézet-Séguin
2 CD Deutsche Grammophon 4836617
1 h 22 min

mis en ligne le lundi 11 novembre 2019

Bookmark and Share
Contact et mentions légales.
Si vous souhaitez être informé des nouveautés de Musikzen laissez votre adresse mail
De A comme Albéniz à Z comme Zimerman,
deux ou trois choses et quelques CD pour connaître.