Dimanche 16 décembre 2018
Pour un été débridé
Airs populaires inspirés du baroque et vice versa
Gypsy baroque

« La musique européenne cultivée court constamment le risque d’être détruite par l’intellectualisme avec lequel on a conçoit et on la perçoit… » Et boum ! Vittorio Ghielmi, le directeur musical d’Il suonar parlante orchestra, n’y va pas par quatre chemins ! Pour lui, donc, pas de musique réellement vivante si l’on ne se replonge pas dans ses racines populaires, si on ne s’intéresse pas aux influences qu’elle a subies. Il nous emmène ainsi en Europe de l’Est, où nombre de musiques traditionnelles se sont inspirées du baroque « savant » et réciproquement, d’ailleurs. Vivaldi, par exemple, n’a-t-il pas écrit un Concerto « Grosso Moghul » ? Il suffit de quelques arrangements, d’un cymbalum et de quelques violons « tziganisants » pour se sentir à la cour du Grand Moghol Akbar à la fin du XVIème siècle. Cet album est ainsi constitué à la fois d’airs gipsies, de danses hongroises, de mazurkas et d'œuvres de Telemann, Benda ou Mozart (arrangés, bien sûr). Résultat : une musique hyperexpressive qui a l’air d’être faite pour les soirées d’été, comme si le ciel, le soleil et la mer (ainsi que le chantait François Deguelt) invitaient à jouer débridé. Elle conviendrait très bien aussi pour un bal du 14 juillet.
Gérard Pangon

Airs anonymes hongrois, moraves, slovaques - Airs arrangés de Telemann, Benda, Vivaldi, Kirnberger, Paluch, Lavotta, Tartini, Bihari et Mozart
Il suonar parlante orchestra
Direction musicale : Vittorio Ghielmi
59 min

mis en ligne le samedi 14 juillet 2018

Bookmark and Share
Contact et mentions légales.
Si vous souhaitez être informé des nouveautés de Musikzen laissez votre adresse mail
De A comme Albéniz à Z comme Zimerman,
deux ou trois choses et quelques CD pour connaître.