Mercredi 23 octobre 2019
Piano ailé
Une anthologie consacrée à Scriabine, le plus démoniaque des Russes
Vestard Shimkus plays Scriabin

Parmi les interprètes de Scriabine, deux écoles : certains privilégient l’intégrale (Sonates, Études, Poèmes, Préludes, etc.), d’autres bâtissent une anthologie comprenant les œuvres des débuts, celles des années 1890, influencées par Chopin et Liszt, jusqu’à celles des années 1910 – partitions d’un seul tenant, sans indication de tonalité. Doté d’une forte personnalité, le compositeur et pianiste Vestard Shimkus (né en 1984, en Lettonie) aborde pour la première fois au disque l’univers mystique du Russe, à la suite d’albums consacrés à Wagner, Vasks, Soler, Chopin, Beethoven et Rachmaninov. Son jeu nerveux et coloré convient bien aux pièces médianes – éruptive Fantaisie en si mineur, op. 28 ! –, quitte à atteindre une certaine profondeur et à cultiver une retenue hautement mystique – Sonate n° 4. Si séduisant dans sa plastique sombre et étouffante, le Poème-Nocturne, op. 61 pourrait être plus souple et électrisant. Entre superpositions d’accords et tourbillons embrumés, la Sonate n° 6 atteint en revanche une ampleur démoniaque avec un tel virtuose, dont le piano ailé pulse les différents épisodes avec une belle opiniâtreté.
Franck Mallet

Scriabine : Prélude en si majeur, op. 2 ; Fantaisie, op. 28 ; Sonates n° 4, op. 30 et 6, op. 74 ; Valse, op. 38 ; Feuillets d'album n° 1, op. 45, en fa dièse majeur et op. 58 ; Poème-Nocturne, op. 61 ; 5 Préludes, op. 74
Vestard Shimkus (piano)
1 CD Artalinna ATL-A025
1 h 03 min

mis en ligne le samedi 29 juin 2019

Bookmark and Share
Contact et mentions légales.
Si vous souhaitez être informé des nouveautés de Musikzen laissez votre adresse mail
De A comme Albéniz à Z comme Zimerman,
deux ou trois choses et quelques CD pour connaître.