Mercredi 23 janvier 2019
Nuits debout
Ingrid Fliter ne s’endort pas dans les Nocturnes de Chopin
Nocturnes

Les Nocturnes de Chopin n’étant pas des berceuses, la pianiste argentine Ingrid Fliter fait tout pour ne pas nous endormir et y parvient : tempos plutôt rapides, sonorité charnue, main gauche active. Pour en accentuer l’aspect dramatique plutôt que mélancolique, elle ne suit pas l’habituel ordre chronologique et organise la succession de ces pièces (composées sur un temps long et jamais pensées comme un cycle) selon un jeu de tonalités original et plutôt réussi, donnant là son meilleur récital Chopin, après des Valses, des Préludes, une 3ème Sonate et des Concertos déjà personnels mais moins aboutis. Et la poésie dans tout cela ? Elle y est, davantage mise en danger par un « grand style » survenant par moments que par les qualités précitées. Le plaisir de l’auditeur reste tout de même plus cérébral qu’affectif (le contraire de Claudio Arrau), plus ponctuel que global (loin d’Arthur Rubinstein), plus détaillé qu’analytique (voir Maurizio Pollini), ce qui n’enlève rien à la qualité ni à l’originalité de l’ensemble.
François Lafon

20 Nocturnes
Ingrid Fliter (piano)
2 CD Linn Records CKD 565
1 h 47 min

mis en ligne le vendredi 14 décembre 2018

Bookmark and Share
Contact et mentions légales.
Si vous souhaitez être informé des nouveautés de Musikzen laissez votre adresse mail
De A comme Albéniz à Z comme Zimerman,
deux ou trois choses et quelques CD pour connaître.