Mercredi 20 novembre 2019
Nô occidental
Queyras, à l’unisson avec le compositeur Gilbert Amy
Gilbert Amy Concerto

Ancien élève de Milhaud et Messiaen, Gilbert Amy (né en 1936), emboita le pas de l’avant-garde en dirigeant le Domaine  Musical, au tournant des années 60, avant de présider aux destinés du « Philar » de Radio France, une décennie plus tard, et terminer sa carrière institutionnelle au CNSMD de Lyon. Ses compositions, en revanche, n’ont rien d’officiel – marquées au cours des années 80 par Une Saison en enfer d’après Rimbaud (MFA) et la Missa cum jubilo (Erato). Contemporain de ses Litanies pour Ronchamp (voir ici), son Concerto pour piano (2005) le montre à l’aise dans un style volubile, dont Milhaud et Stravinsky, seraient les lointains grands-parents : l’agilité souveraine de Jean-François Heisser, soliste et créateur de la partition, ajoutant incontestablement une plus-value à cet enregistrement public. Dédié à la mémoire de Takemitsu, le Concerto pour violoncelle se veut exotique par la variété de ses climats et ses timbres chatoyants (III, Aérien, suspendu, quasi senza tempo). La sonorité affutée et sensible du soliste Jean-Guihen Queyras – qui l’avait créé au Japon, en 2000 –, dialogue avec un Orchestre de Paris essentiellement percussif, où il s’agit d’apprécier la pantomime  stylisée de ce nô à la mode occidentale.
Franck Mallet

Amy : Concerto pour piano ; Concerto pour violoncelle
Jean-François Heisser (piano), Jean-Guihen Queyras (violoncelle)
Orchestre de chambre Nouvelle-Aquitaine, Orchestre de Paris
Direction musicale : Julien Leroy, Gilbert Amy
1 CD Hortus 175 (distr. UVM)
56 min

mis en ligne le samedi 28 septembre 2019

Bookmark and Share
Contact et mentions légales.
Si vous souhaitez être informé des nouveautés de Musikzen laissez votre adresse mail
De A comme Albéniz à Z comme Zimerman,
deux ou trois choses et quelques CD pour connaître.