Mercredi 20 mars 2019
Musique zen
Des Sérénades sans surprise mais non sans agrément
Serenades - Tchaïkovski, Dvořák

Les Sérénades pour cordes de Dvořák et de Tchaïkovski sont généralement jouées en couple, et les Archi di Santa Cecilia n’échappent pas à la tradition. Car les deux œuvres sont contemporaines (1875 pour la première et 1880 pour la seconde) ; ont leur deuxième mouvement à succès – sous forme de valse ; furent composées en une quinzaine de jours; et ont fait l’objet d’adaptations variées – pour vents, pianos, ou plus généralement toutes sortes de musique d’ambiance. Au moment de leur composition, les deux hommes nagent dans le bonheur : à Dvořák, un premier prix et une bourse ; à Tchaïkovski, les voyages à travers l'Europe, de succès en succès. Les Sérénades sont des symphonies réduites, de forme libre, toujours aimables : génétiquement sereine, la Sérénade est zen. Et c’est bien ce sentiment de plénitude qui guide les membres des Archi di Santa Cecilia dans leur interprétation, une interprétation claire, savoureuse et délassante, à donner au clair de lune sous les fenêtres d’une ou plusieurs Juliette ou Roméo, pour les attendrir. Ce répertoire fait qu’il est rare de tomber sur une mauvaise interprétation, et les grands noms, ici, ne sont pas obligatoirement les meilleurs. Le choix de ces Sérénades par les Archi di Santa Cecilia est donc tout à fait recommandable.
Albéric Lagier

Sérénade pour cordes opus 22; Sérénade pour cordes opus 48
Luigi Piovano
Ensemble Archi di Santa Cecilia
1 CD Arcana A457
58 min

mis en ligne le vendredi 22 février 2019

Bookmark and Share
Contact et mentions légales.
Si vous souhaitez être informé des nouveautés de Musikzen laissez votre adresse mail
De A comme Albéniz à Z comme Zimerman,
deux ou trois choses et quelques CD pour connaître.