Mardi 19 novembre 2019
Mosaïque unifiée
Avec Cyrille Dubois et Tristan Raës, Liszt est une fête
O lieb !

Encore étudiant à l’Atelier Lyrique de l’Opéra de Paris, Cyrille Dubois s’était illustré, à l’Amphithéâtre-Bastille, dans les Sonnets de Pétrarque mis en musique par Liszt. Devenu le ténor français « lyrique-léger » dont les scènes ne peuvent plus se passer, celui-ci revient à Liszt avec un programme germano-franco-italien dont l’aspect acrobatique ne réside pas seulement dans les passages à risques. Rien de plus difficile que d’épouser ces styles, humeurs et expressions divers et opposés, d’une mélodie à l’autre et parfois au sein de la même pièce, voire d’une même phrase. Dynamique (du pianissimo au fortissimo), chant « sur le souffle », jeu des couleurs :  sorte de mosaïque unifiée, la voix de Dubois révèle tout un univers considéré à tort comme du petit Liszt faute d’interprètes assez virtuoses et imaginatifs. Le rebattu Liebestraum (Rêve d’amour) lui-même y trouve une fraîcheur, une intensité nouvelles. Tristan Raës, au piano, manie en maître la dialectique dialogue/osmose avec la voix. Un maître disque. 
François Lafon 

23 mélodies et lieder
Cyrille Dubois (ténor), Tristan Raës (piano)
1 CD Aparté AP200
1 h 23 min

mis en ligne le mercredi 9 octobre 2019

Bookmark and Share
Contact et mentions légales.
Si vous souhaitez être informé des nouveautés de Musikzen laissez votre adresse mail
De A comme Albéniz à Z comme Zimerman,
deux ou trois choses et quelques CD pour connaître.