Lundi 5 décembre 2022
Les beautés du Diable
Quand Marc Minkowski prend Meyerbeer à bras-le-corps
Robert le Diable

« C’est un chef-d’œuvre, Meyerbeer s’est acquis l’immortalité », déclare Chopin après la première de Robert le Diable en 1831 à l'Opéra de Paris (salle Le Peletier). Une double affirmation que la postérité n’entérinera pas, l’art de plaire qui fit le succès du compositeur s’étant durablement retourné contre lui. Presque deux siècles plus tard et trente-cinq ans après un essai de réhabilitation à demi transformé à l’Opéra de Paris, Marc Minkowski jette les forces bordelaises (chœur et orchestre) dans la mêlée, joue à plein le jeu du grand spectacle (en « concert animé », le projet de mise en scène d’Olivier Py ayant été mis à mal par la pandémie) et gagne la bataille de cet archétype de « grand opéra à la française », qu’il qualifie dans une interview de  « Star Wars de l’opéra », de « Lawrence d’Arabie du lyrique ». Tel que nous l’entendons à travers ces trois heures trois quarts de musique, l’aventure épique du fils de Satan et d’une mortelle, typique du combat meyerbeerien du temporel et de l’éternel, n’avoue pas les longueurs que d’autres exécutions ne peuvent cacher. C’est que Minkowski fait son miel de ce mélange de styles (y compris de nombreux « rossinismes ») qui rappellent toujours quelque chose aux oreilles flattées de l’auditeur mais paraissent inévitables tant ils sont judicieusement mis en situation. Il a pour cela un Orchestre de Bordeaux Aquitaine sur son trente-et-un, des Chœurs de l’Opéra de Bordeaux survoltés et un plateau de solistes capables de transcender l’impossible, de John Osborn affrontant la tessiture quasi-inhumaine du rôle-titre à Erin Morley se jouant des vocalises sans fin d’Isabelle, d’Amina Edris trouvant le souffle et l’ampleur d’Alice à Nicolas Courjal, abyssal en Bertram, tous rejoints par Nico Darmanin, émouvant dans la très connue (à l’époque) Ballade de Raimbaut. 
François Lafon

Robert le Diable
john Osborn (Robert), Nicolas Courjal (Bertram), Amina Edris (Alice), Erin Morley (Isabelle), Nico Dramanin (Raimbaut), Joel Allison ( Alberti/Un Prêtre), Paco Garcia (un Héraut d’armess
Choeur de l'Opéra National de Bordeaux, Orchestre National Bordeaux Aquitaine
Direction musicale : Marc Minkowski
1 livre-disque (3 CD) Palazzetto Bru Zane "Opéra français"
3 h 42 min

mis en ligne le mercredi 28 septembre 2022

Bookmark and Share
Contact et mentions légales.
Si vous souhaitez être informé des nouveautés de Musikzen laissez votre adresse mail
De A comme Albéniz à Z comme Zimerman,
deux ou trois choses et quelques CD pour connaître.