Mercredi 30 septembre 2020
Le violoncelle enthousiaste
Mariage de l'électronique et d'un instrument classique par Marie Ythier
Le geste augmenté

Serti dans une prise de son particulièrement soignée, due à Jean-Marc Lyzwa et Olivier Rosset, qui favorise les effets électroniques et la spatialisation, ce premier album de la violoncelliste Marie Ythier était néanmoins une gageure. Non contente de rassembler pour son instrument six partitions des plus récentes (entre 2012 et 2015), elle a en outre privilégié des auteurs quasi inconnus, écartant d’éventuelles figures tutélaires du siècle passé comme Kodály, Britten, Donatoni, Krenek, Dallapiccola, Ligeti, Dutilleux, Henze, Xenakis, George Crumb ou Kaija Saariaho… Un courage et une détermination qui l’honorent, jusque dans la qualité des pièces retenues – qui font appel à l’électronique, d’où ce titre : « le geste augmenté ». Même si aucune ne se détache véritablement du lot, ni ne s’affranchit des conventions de ce genre qui marie instrument classique et électronique, il faut retenir la belle atmosphère mystérieuse et arachnéenne d’El Afilador du Mexicain Antonio Juan-Marcos, le dialogue élégant de la voix et des arabesques du violoncelle live (et traité) de Naissance des mots de la Catalane Núria Giménez-Comas, et ce mélange de douceur et d’âpreté du timbre selon Jean-François Ducher pour son Narada. Trois musiciens désormais « à suivre », grâce à l’enthousiasme chaleureux et communicatif de Marie Ythier.
Franck Mallet

Fahrang : Zamyad - Juan-Marcos : El Afilador - Maestracci : Je t'attendrai là où je sais que tu ne seras pas - Montalti : Macchina Crudele - Giménez-Comas : Naissance des mots - Ducher : Narada
Marie Ythier (violoncelle)
1 CD Evidence EVCDO16 (Harmonia Mundi)
49 min

mis en ligne le mardi 5 janvier 2016

Bookmark and Share
Contact et mentions légales.
Si vous souhaitez être informé des nouveautés de Musikzen laissez votre adresse mail
De A comme Albéniz à Z comme Zimerman,
deux ou trois choses et quelques CD pour connaître.