Mercredi 20 novembre 2019
Le meilleur et le moins bon
Ivo Pogorelich réussit à moitié son retour discographique
Beethoven Rachmaninoff

Retour attendu d’un ancien enfant prodige, devenu artiste outsider : après un long silence discographique, voici le premier enregistrement en plus de vingt ans d’Ivo Pogorelich dans un programme inclassable, de Beethoven à Rachmaninov. Il reste le même interprète clivant, comme on dit aujourd’hui, à l’image de la première étape de sa carrière dont témoignent ses disques chez Deutsche Grammophon, souvent brillants mais laissant souvent aussi un sentiment d’inaccompli. Capable du meilleur comme du moins bon, ici ses qualités comme interprète servent mieux la musique du compositeur russe que celle du compositeur allemand. Dans les deux sonates de Beethoven, Pogorelich souligne les changements et les contrastes d’une manière tellement appuyée que l’on perd tout sentiment d’élan et de construction. Tous ses maniérismes plombent les interprétations, pas aidées en plus par une prise de son à la réverbération peu naturelle. Tout change, et pour le mieux, dans la difficile (par sa complexité) Deuxième sonate de Rachmaninov, pour laquelle ce jeu tour à tour puissant et délicat semble fait. Chaque mouvement est parfaitement construit et Pogorelich, à l’aise dans ces longues rêveries, signe une interprétation à la hauteur de sa légende. Pour un retour définitif ? 
Pablo Galonce

Beethoven : Sonates pour piano opp. 54 et 78 - Rachmaninov : Sonate pour piano n° 2
Ivo Pogorelich (piano)
1 CD Sony Classical 19075956602
55 minutes

mis en ligne le samedi 5 octobre 2019

Bookmark and Share
Contact et mentions légales.
Si vous souhaitez être informé des nouveautés de Musikzen laissez votre adresse mail
De A comme Albéniz à Z comme Zimerman,
deux ou trois choses et quelques CD pour connaître.