Lundi 25 mars 2019
Le lieu de la fête
Au Met de New York, une Norma suprêmement chantée
Norma

Ce n’est pas en transposant l’action sous l’Occupation ou dans un camp de FARC qu’on attire le public de Norma, et c’est probablement pour cela qu’au MET de New York, le metteur en scène écossais David McVicar a été plus sage que d’habitude. On aurait préféré une forêt gauloise moins carton-pâte, un antre de la druidesse évoquant un peu moins la cave de la Folle de Chaillot et surtout une direction d’acteurs moins convenue, mais c’est dans le chant que tout se passe, et c’est là qu’a lieu la fête. Coqueluche verdienne internationale, Sondra Radvanovsky est aussi une bellinienne consommée, et sa Norma prend à sa manière la suite des Callas, Caballé et Sutherland de jadis, aussi tragédienne que la première, aussi belcantiste que la deuxième, aussi endurante que la troisième dans ce « rôle des rôles » où tant d’autres ont montré leurs limites. Mezzo mais pas matrone, Joyce Di Donato est pour elle une Adalgise rêvée, et l’on comprend devant la séduction vocale de Joseph Calleja que la résistante gauloise soit passée à l’ennemi romain. Le chef Carlo Rizzi n’évolue pas sur les mêmes sommets, mais il accompagne scrupuleusement les chanteurs, et c’est ce qu’on lui demande à défaut de transcender la « grande guitare » qu’est l’orchestre bellinien. 
François Lafon 

Norma
Sondra Radvanovsky (Norma), Joyce DiDonato (Adalgisa), Joseph Calleja (Pollione), Matthiew Rose (Oroveso), Michelle Bradley (Clotilde), Adam Diegel (Flavio)
Choeurs et Orchestre du Metropolitan Opera de New York
Direction musicale : Carlo Rizzi
Mise en scène : David McVicar
Réalisation : Gary Halvorson
2 DVD Erato/Warner 0190295629762
3 h 04 min

mis en ligne le lundi 24 décembre 2018

Bookmark and Share
Contact et mentions légales.
Si vous souhaitez être informé des nouveautés de Musikzen laissez votre adresse mail
De A comme Albéniz à Z comme Zimerman,
deux ou trois choses et quelques CD pour connaître.