Samedi 15 juin 2019
Le clavecin qui respire
Jean Rondeau réinvente superbement des transcriptions de Bach
Bach Imagine

Sur la pochette, on a l’impression de voir un magicien égaré dans les coulisses d’un théâtre dont on n’aurait pas encore achevé l’installation électrique : « Rien dans les mains, rien dans les poches, tout dans les cheveux, » semble dire Jean Rondeau en regardant fixement l’auditeur-spectateur comme pour mieux le mystifier. De fait, magicien, il l’est dans sa façon d’aborder Bach, et la lumière dont il éclaire les transcriptions du maître Cantor tient de la mystification. Sous ses doigts, le clavecin n’est pas un instrument qui pique, mais un instrument qui respire, le jeune interprète joue large, polyphonique, privilégie la musicalité plus que la mécanique. Imagine, dit le titre de cet album - référence assumée à John Lennon -, ce que fait Jean Rondeau qui mène Bach vers la rêverie pour mieux en révéler les subtilités, et l’on comprend bien qu’il ait choisi des adaptations plus que l’habituelle littérature pour clavecin afin d’explorer à sa manière ce Bach d’à côté, pour luth, flûte ou violon. Pas de trahison, pour autant, mais une véritable vision, assortie d’un plaisir de jouer qui s’avère communicatif.
Gérard Pangon

Suite BWV 997 ; Sonate BWV 964 ; Chaconne en ré mineur ; Partita pour flûte BWV 1013 ; Concerto italien BWV 971 ; Adagio BWV 968
Jean Rondeau (clavecin)
1 CD Erato 825646 220090
1 h 20 min

mis en ligne le jeudi 19 février 2015

Bookmark and Share
Contact et mentions légales.
Si vous souhaitez être informé des nouveautés de Musikzen laissez votre adresse mail
De A comme Albéniz à Z comme Zimerman,
deux ou trois choses et quelques CD pour connaître.